Challenge du Brabant wallon : le Jogging du CS Dyle à Ottignies – Louvain-la-Neuve

Che cos’è il tempo ? Che cos’è lo spazio ? (Qu’est-ce que le temps ? Qu’est-ce que l’espace ?) Le physicien théoricien et philosophe des sciences italien Carlo Rovelli fit de la question le titre de l’un de ses tout premiers livres, paru en 2006. Voici donc, en retard d’une épreuve, un compte-rendu, pour le coup doublement décalé, du Jogging du CS Dyle qui s’est déroulé le samedi 8 juin à Ottignies-Louvain-la-Neuve.

Côté espace, ce fut l’invasion au complexe sportif Jean De Meester (ceux qui s’en remémorent l’adresse apprécieront cette allusion décomplexée). Nous fûmes 485 à nous classer sur les 11,4 km, il y en eut 167 sur les 6,2 km, de hauts et de bas par les sentiers des bois des Rêves et de Lauzelle, autour du lac et dans les rues de la ville universitaire, dans la gaîté puisque l’organisation est au top, le parcours est pittoresque et sportif : c’était à nouveau la petite montée gentillette qui vous ramenait du fond du bois au pont au-dessus de la voie rapide dans les derniers hectomètres. (Photos : Marc Fourmois)

Côté temps, pour en revenir à la physique théorique, celui qu’il fait était agréable ; quant à celui qui passe, il vous rappelle sans cesse que, comme le disait paraît-il Picasso, il faut longtemps pour devenir jeune et éprouver un plein bonheur d’être. C’est la raison, dit-on, pour laquelle le Japon est confronté à un problème de délinquance sénile : ce n’est qu’à un âge avancé que les Japonais se libèrent enfin de l’ultra-conformisme social auquel ils se soumettent pendant la plus grande partie de leur existence.

Prochain rendez-vous du Challenge de jogging du Brabant wallon à la Corrida d’été de Limelette, le samedi 29 juin 2024 à 17 heures, pour trois petits tours (ou deux ou un seul) et puis ne vous en allez pas car l’après-course vaut à lui seul déjà le déplacement.

* * *

Soutenez le site Marathonien de coeur et d’esprit. Partagez l’article avec vos amis et connaissances et offrez le livre à un proche. Il est en stock !

Dans Chemin faisant, ses Carnets de route qui ont été publiés au début de l’an dernier, votre auteur joggeur et marathonien préféré met en avant une pratique récréative et conviviale de la course à pied sur route et à travers champs et bois.

Achetez ce livre paru en 2021 sur Amazon.fr ou directement chez l’éditeur en Belgique en cliquant sur le lien correspondant à votre choix.

Ce recueil de près de 200 pages consiste en un prologue en guise d’échauffement, 42 chapitres hauts en horizons divers et un épilogue en guise de retour au calme – comment aurait-il pu en être autrement ?

Tagué avec: ,
Posté dans Accomplissement de soi

20 Km de Bruxelles 2024 : Les quarante-quatrièmes rugissants

C’était à voir pour qui. Pour certains, c’étaient les quarantièmes, car quatre manquent au palmarès, et il en reste de valeureux grognards et parfois un peu grognons à les avoir toutes courues, toutes les éditions des 20 Km de Bruxelles. Cette édition fut spéciale : sold-out des semaines avant terme, environ 45.000 finishers à la course ou à la marche, et près de la moitié sous les deux heures. (Photo du départ : James)

Assistons-nous à l’apothéose de l’idéal du moi, comme en parle la philosophe Julia de Funès (oui, la petite fille de Louis, l’inoubliable Herr Kapellmeister de La Grande Vadrouille) dans son livre sur le Développement (im)personnel (dont une recension a été publiée sur le site apparenté à celui-ci ; cliquez ici pour la lire).

Réussir sa vie, écrit-elle, c’est trouver son topos au sein de l’univers. Les 20 km de Bruxelles, ça a toujours été une grande vadrouille – elle n’a donc cessé de grandir – et trouver son topos dans cet univers, c’est un combat avec l’Altérité, la sienne si l’on peut parler ainsi et les autres, quand cela ne devient proustien, à la recherche du temps perdu – et aujourd’hui de l’immédiateté et de la performance.

Les 20 Km de Bruxelles font-ils pour certains désormais partie de l’expansion du domaine du moi ? Julia de Funès cite Christopher Lasch (La culture du narcissisme) et s’en inquiète à juste titre : « Les réseaux sociaux favorisent un environnement relationnel dense, où les interactions sont nombreuses. Mais ces connections multiples n’encouragent pas tant l’attention à l’Autre que le souci du moi par rapport aux autres », ce qu’elle qualifie joliment de « narcissisme mondain ».

Le bonheur dans tout cela ? Dans L’Euphorie perpétuelle, Pascal Bruckner le compare à « une eau qui épouse diverses formes et qu’aucune forme n’épuise ». Il n’y a pas de recette prête à l’emploi, cela demande de l’effort dans la durée. Comme pour courir 20 km, en somme.

* * *

Soutenez le site Marathonien de coeur et d’esprit. Partagez l’article avec vos amis et connaissances et offrez le livre à un proche. Il est en stock !

Dans Chemin faisant, ses Carnets de route qui ont été publiés au début de l’an dernier, votre auteur joggeur et marathonien préféré met en avant une pratique récréative et conviviale de la course à pied sur route et à travers champs et bois.

Achetez ce livre paru en 2021 sur Amazon.fr ou directement chez l’éditeur en Belgique en cliquant sur le lien correspondant à votre choix.

Ce recueil de près de 200 pages consiste en un prologue en guise d’échauffement, 42 chapitres hauts en horizons divers et un épilogue en guise de retour au calme – comment aurait-il pu en être autrement ?

Tagué avec: , , , ,
Posté dans Accomplissement de soi

Challenge de jogging du Brabant wallon : RIWA bien qui arrivera le dernier

Georges, notre rescapé de la station de métro Maelbeek (il était à bord de la rame fatidique lors de l’attentat du 22 mars 2016 à Bruxelles et il s’en est miraculeusement sorti presque indemne) et postulant pour la création d’une catégorie des 80+, a beau être arrivé parmi les derniers (en 2h01m11s sur les 10,1 km) au Jogging du Buchet, il a accumulé les magnums de Chimay dorée : un pour être le plus âgé des participants, le second à la généreuse tombola de clôture de ce jogging de l’Ascension organisé par le RIWA et agrémenté d’un temps radieux. (Photos : Jacques “Papy” Wasterlain.)

Les absents et les impatients eurent tort, cela valait la peine de rester jusqu’au bout, l’auteur de cette chronique galopante, en pleine cure de fitness et de wellness au centre Kineo de Limelette, vous l’affirme. 453 finisseurs sur la grande distance, 156 sur la petite, soit 609 au total et une douzaine de DNS, le RIWA renoue avec ses scores de participation pré-covid. C’est mérité parce que cette épreuve du Challenge de jogging du Brabant wallon propose depuis des années, malgré les aléas des déménagements et des rénovations, un parcours intéressant à l’abri de la circulation automobile et est toujours mise sur pied (c’est le cas de le dire) de maîtresse façon par des joggeurs encore actifs pour des joggeurs qui le sont tout autant ou essaient de le rester.

Ne cachons pas notre plaisir : le jogging du RIWA, c’en est un comme on les aime. On y reviendra. D’ailleurs, c’est déjà le cas, d’année en année, depuis bientôt 30 ans.

La prochaine manche du challenge aura lieu ce samedi 18 mai à 15 heures au départ de la place communale de Céroux. Deux distances sont au programme : 13,6 km et 6,2 km. Pré-inscriptions sur Goal Timing.

* * *

Soutenez le site Marathonien de coeur et d’esprit. Partagez l’article avec vos amis et connaissances et offrez le livre à un proche. Il est en stock !

Dans Chemin faisant, ses Carnets de route qui ont été publiés au début de l’an dernier, votre auteur joggeur et marathonien préféré met en avant une pratique récréative et conviviale de la course à pied sur route et à travers champs et bois.

Achetez ce livre paru en 2021 sur Amazon.fr ou directement chez l’éditeur en Belgique en cliquant sur le lien correspondant à votre choix.

Ce recueil de près de 200 pages consiste en un prologue en guise d’échauffement, 42 chapitres hauts en horizons divers et un épilogue en guise de retour au calme – comment aurait-il pu en être autrement ?

Tagué avec: , , , ,
Posté dans Accomplissement de soi

Challenge Delhalle à Bütgenbach : Rund um den See, Eile mit Weile*

C’eût pu être tout autre si nous avions couru le dimanche, a fortiori pour ceux qui y mettent plus d’une heure, plutôt plus de deux, pour faire non des ronds dans l’eau, comme le chantait Françoise Hardy, mais le grand tour de 21 km autour du lac de Bütgenbach. Samedi, il y eut un rayon de soleil « soulignant d’un sourire, la chanson d’un oiseau » pour annoncer qu’avril, le mois pendant lequel il ne faut pas se découvrir d’un fil se terminait et que suivrait mai, le mois où vous faites ce qu’il vous plaît. Il fallait donc, même si le vent était bien présent, mais ne moutonnait pas le lac pour autant, ne pas s’habiller trop chaud. Le lendemain, par contre, il plut. C’eût donc été moins guilleret.

Cette édition 2024 constituait aussi des retrouvailles avec le tour du lac après onze autres participations et neuf ans d’absence. A en croire les statistiques de David De Dapper, chef Mystère et expert Delhalle, en 2015 nous étions 461 à courir le semi-marathon de Bütgenbach et si ce n’était déjà pas le tour le plus rapide de votre chroniqueur, il s’est encore ralenti de 18 minutes depuis lors. Sic transit sinon la gloire (laissons cela à Paul Romain qui, à 31 ans, a bouclé le tour en 1:11:17), du moins le temps qui lui aussi passe, inexorablement. Il n’y avait aussi cette année que 300 arrivants au semi, ce dont les organisateurs se réjouirent car il y en eut aussi 172 sur les 11 km et 102 sur les 5 km, soit au total 574 pour les trois distances), mais à 300 sur un semi, même si vous ne faites pas la course en tête et à moins de vous être fait un rencard, vous êtes assuré de courir seul pendant un bon bout de temps.

Comme le disait le poète surréaliste Paul Eluard : « Il n’y a pas de hasards, il n’y a que des rendez-vous. » Celui de Die Runde um den See vaut assurément le voyage. (Photo : Clo)

La prochaine épreuve du Challenge Delhalle est La Châtelettaine qui aura lieu ce dimanche 5 mai à 11 heures sur 14,1 km au départ de la Place de l’Hôtel de Ville à Châtelet, organisée par l’Union athlétique de Châtelineau et l’Echevinat des Sports de la Ville de Châtelet avec l’aide du club Les Bouffiols.

(*) Hâte-toi lentement.

* * *

Soutenez le site Marathonien de coeur et d’esprit. Partagez l’article avec vos amis et connaissances et offrez le livre à un proche. Il est en stock !

Dans Chemin faisant, ses Carnets de route qui ont été publiés au début de l’an dernier, votre auteur joggeur et marathonien préféré met en avant une pratique récréative et conviviale de la course à pied sur route et à travers champs et bois.

Achetez ce livre paru en 2021 sur Amazon.fr ou directement chez l’éditeur en Belgique en cliquant sur le lien correspondant à votre choix.

Ce recueil de près de 200 pages consiste en un prologue en guise d’échauffement, 42 chapitres hauts en horizons divers et un épilogue en guise de retour au calme – comment aurait-il pu en être autrement ?

Tagué avec: , , , , ,
Posté dans Accomplissement de soi

Challenge de jogging du Brabant wallon : A Wauthier-Braine, ce fut retour au wauthiver

Le caricaturiste Kroll a récemment publié un dessin de presse dans lequel on voit deux dames sous les giboulées, l’une d’elles véhiculant un enfant – le seul à sourire apparemment – dans une poussette, précédées d’un chien qui fait aglagla sous son duffel-coat et suivies d’un canard, pas encore laqué de gel mais sur le point, la première dame constatant « L’été a été très court cette année », la seconde acquiesçant « On l’a à peine vu passer ». Un ami italien se remémora à ce propos la plaisanterie que lui faisait immanquablement en pareille circonstance un collègue espagnol exilé comme lui dans notre plat pays : « L’an passé, l’été, ce fut un mardi ! »

Les deux dernières courses au programme de votre chroniqueur galopant, ce fut un peu, beaucoup, énormément ça : le samedi 13 avril, on en devenait tout rouge à force de se les dorer sous un ciel bleu de Chimay – et de peket – par 25° C à l’ombre, dimanche, par contre, c’était aglagla avec un ressenti de température proche du zéro et ouille ouille ouille, casse-toi pas la bouille sur une portion de parcours adhérence zéro tout court, enfin, tu ne cours plus, tu marches, dans le meilleur des cas. Bref, les Boignées avaient été plus arrosées qu’un joggeur assoiffé, mais, s’il y eut quelques désistements, une septantaine s’inscrivirent encore le jour même en toute connaissance de cause, ce qui est tout à leur honneur – rendons-le leur – et fit que nous fûmes près de 400 à les fouler, sans que ce ne fut toujours au pas de course.

La prochaine manche du Challenge de jogging du Brabant wallon aura lieu ce samedi 27 avril 2024 à Marbais à 11 heures. Deux distances sont au programme : 12,8 km et 4,4 km. (Photo : Jacques “Papy” Wasterlain)

* * *

Soutenez le site Marathonien de coeur et d’esprit. Partagez l’article avec vos amis et connaissances et offrez le livre à un proche. Il est en stock !

Dans Chemin faisant, ses Carnets de route qui ont été publiés au début de l’an dernier, votre auteur joggeur et marathonien préféré met en avant une pratique récréative et conviviale de la course à pied sur route et à travers champs et bois.

Achetez ce livre paru en 2021 sur Amazon.fr ou directement chez l’éditeur en Belgique en cliquant sur le lien correspondant à votre choix.

Ce recueil de près de 200 pages consiste en un prologue en guise d’échauffement, 42 chapitres hauts en horizons divers et un épilogue en guise de retour au calme – comment aurait-il pu en être autrement ?

Tagué avec: ,
Posté dans Accomplissement de soi

Chimay blonde, brune et dorée pour son Jogging de la Principauté

Avec ses morceaux et tronçons de roche et ses racines saillantes jonchant ses 15 km, il valait mieux la courir samedi à des cents et près de mille sous le soleil que ce lundi sous les giboulées, cette cinquième course du Challenge Delhalle 2024 qui, aux confins de la Belgique et de la France, était d’ailleurs aussi « festiviale » en ce qu’elle fait partie du Challenge de la Convivialité et avait donc attiré nombre de coureurs français, dûment déguisés et prêts à déguster.

C’est qu’en cinq ans, depuis la précédente participation de votre marathonien (si peu, désormais) de coeur et d’esprit (toujours) au Jogging de la Principauté de Chimay, d’autres arrêts savoureux se sont ajoutés à la seule traversée du café où, cette année, que vous consommiez ou pas, les seules vapeurs de peket vous eussent guéri de (Chimay) bleus à l’âme et fait briller l’or (du houblon) dans un ciel tourmenté de (Chimay) rouge.

Et, si vous ne buvez pas d’alcool en courant, de peur de ne plus voir les embûches de cette belle noiseuse et de l’embrasser véhémentement à corps défendant, c’était du Château La Pompe pour le même prix. Vous restait une généreuse tombola pour vous consoler de ne pas avoir gravi le septième ciel au pas de course. Proust n’évoquait-il pas déjà lui aussi la synesthésie des mots et des atmosphères dans nos souvenirs ? (Photo : SPTW – Sport Pour Tous Wavre)

La prochaine manche du Challenge Delhalle est le semi-marathon Rund um den See à Bütgenbach, le samedi 27 avril à 15h10. D’autres distances figurent au programme (à consulter sur le site du challenge).

* * *

Soutenez le site Marathonien de coeur et d’esprit. Partagez l’article avec vos amis et connaissances et offrez le livre à un proche. Il est en stock !

Dans Chemin faisant, ses Carnets de route qui ont été publiés au début de l’an dernier, votre auteur joggeur et marathonien préféré met en avant une pratique récréative et conviviale de la course à pied sur route et à travers champs et bois.

Achetez ce livre paru en 2021 sur Amazon.fr ou directement chez l’éditeur en Belgique en cliquant sur le lien correspondant à votre choix.

Ce recueil de près de 200 pages consiste en un prologue en guise d’échauffement, 42 chapitres hauts en horizons divers et un épilogue en guise de retour au calme – comment aurait-il pu en être autrement ?

Tagué avec: , , ,
Posté dans Accomplissement de soi

Jogging de Oisquercq, de grées ou de force, les loulous et les louloutes

Autrefois, le Jogging de Oisquercq partait de la plaine de jeux et on attaquait tout de suite la montée derrière la centrale électrique. Désormais, c’est non loin de l’église Saint-Martin, autre monument historique remarquable de l’entité puisque sa tour romane date du XIIe siècle et l’église explique la moitié de son nom – kerk -, plus précisément au-dessus de l’école des Grées du Loû, que l’on part. Ça a rajouté une jolie montée à étages en fin de parcours à celles des 3e et 9e kilomètres de l’aller-retour idyllique le long du canal Bruxelles-Charleroi et de la Sennette (qui se jette un peu plus loin – à Clabecq – dans la Senne et est donc un sous-affluent de l’Escaut via la Dyle et le Rupel).

Quant aux Grées, figurez-vous que dans la mythologie grecque antique elles sont trois soeurs, trois comme les montées du jogging, Dino, Enyo et Pemphrédo, respectivement la terrible, la guerrière et la méchante, les aînées des Gorgones, et en descendance directe de l’union de la Terre et de la Mer. Comme quoi, tout s’explique les « loûlous » et les « loûloutes », c’est même à ça que servait l’école auparavant. Chemin faisant, en passant par le port de plaisance et sur la rive de la Sennette, le soleil, avouons-le, vous faisait entrer le cerveau en ébullition. Il en a parfois bien besoin et après l’effort le buffet à l’arrivée était royal. Bravo et merci, Isabelle Coosemans. On reviendra. D’ailleurs, c’était déjà le cas. (Photos du Jogging de Oisquercq 2024 : Jacques Wasterlain – Marc Fourmois)

Le prochain rendez-vous du Challenge de jogging du Brabant wallon 2024 est fixé à Gentinnes, ce dimanche 14 avril à 11 heures. (Deux distances : 12 km et 6 km.)

* * *

Soutenez le site Marathonien de coeur et d’esprit. Partagez l’article avec vos amis et connaissances et offrez le livre à un proche. Il est en stock !

Dans Chemin faisant, ses Carnets de route qui ont été publiés au début de l’an dernier, votre auteur joggeur et marathonien préféré met en avant une pratique récréative et conviviale de la course à pied sur route et à travers champs et bois.

Achetez ce livre paru en 2021 sur Amazon.fr ou directement chez l’éditeur en Belgique en cliquant sur le lien correspondant à votre choix.

Ce recueil de près de 200 pages consiste en un prologue en guise d’échauffement, 42 chapitres hauts en horizons divers et un épilogue en guise de retour au calme – comment aurait-il pu en être autrement ?

Tagué avec: , , ,
Posté dans Accomplissement de soi

Challenge de jogging du Brabant wallon : Vieusart, no party for old men

Le titre, les cinéphiles parmi vous l’auront deviné, s’inspire du simili-western et thriller américain des frères Joel et Ethan Coen (2007) d’après le roman éponyme de Cormac McCarthy paru en 2005, No Country for Old Men, avec Tommy Lee Jones, Javier Bardem et Josh Brolin. Si Vieusart samedi était loin d’être désert (nous étions 435 arrivants sur les 12,1 km et 96 sur les 6 km, soit 531 au total) comme l’était le paysage du film des Coen supposé se dérouler dans l’Ouest du Texas en 1980, c’était quand même un peu No Country for Old Men, ni d’une manière générale pour ceux et celles chaussés de semelles slick (lisses comme un pneu de course automobile).

Roland Poulain, le G.O. le plus oscarisé du challenge, eut beau vanter à raison le caractère rural et agreste de ses parcours, ce ne fut ni les Bucoliques de Virgile, ni la Symphonie pastorale. Comment d’ailleurs eût-il pu en être autrement que gifoulées (car il fallait être un peu fou pour garder la foulée à certains endroits) après que les giboulées de mars eurent déversé toute la pluie du ciel des jours durant et jusqu’à juste avant le départ (sans personne pour s’abriter sous votre grand ciré – France Gall, 1969). Tous champions, vous l’aurez compris, surtout ceux qui ont courageusement mis près de deux heures à parcourir le Bois de Bise (qui portait bien son nom) et la zone Natura 2000 et rejoindre l’arrivée à la salle Saint-Martin. (Photos : Marc Fourmois)

Prochain rendez-vous à Lincent, ce samedi 30 mars 2024 à 15 heures sur deux distances, 12,5 et 5 km.

* * *

Soutenez le site Marathonien de coeur et d’esprit. Partagez l’article avec vos amis et connaissances et offrez le livre à un proche. Il est en stock !

Dans Chemin faisant, ses Carnets de route qui ont été publiés au début de l’an dernier, votre auteur joggeur et marathonien préféré met en avant une pratique récréative et conviviale de la course à pied sur route et à travers champs et bois.

Achetez ce livre paru en 2021 sur Amazon.fr ou directement chez l’éditeur en Belgique en cliquant sur le lien correspondant à votre choix.

Ce recueil de près de 200 pages consiste en un prologue en guise d’échauffement, 42 chapitres hauts en horizons divers et un épilogue en guise de retour au calme – comment aurait-il pu en être autrement ?

Tagué avec: ,
Posté dans Accomplissement de soi

Challenge de jogging du Brabant wallon : A Hamme, en plein dans le mille

Ce n’est pas que nous ayons été des mille et des cents hussards (hommage à l’écrivain Jean Giono qui utilise l’expression « des mille et des cents » dans son roman Le Hussard sur le toit, publié en 1951) à cavaler de grand matin dominical en rase campagne. En fait, il n’y avait que 385 pré-inscrits et 369 arrivants sur les 10,5 km, qui n’étaient donc ni les 11,2 indiqués sur le dépliant du challenge ni les 10,7 affichés par la smartwatch de votre serviteur, ainsi que 103 sur les 5,2 km, soit près d’un demi-millier d’arrivants au total quand même.

Peut-être Hamme-Mille, qui fait partie de la commune de Beauvechain, est-ce le bout du monde pour les challengeurs et challengeuses (mots attestés par le dico Le Robert pour ceux qui douteraient de la probité linguistique de cette chronique) qui se déplacent de Tubize, Nivelles, voire Waterloo ou Bruxelles, à moins que ce ne fût la météo qui en avait découragé un grand nombre, car la veille encore elle avait été annoncée pluvieuse à un fort niveau de probabilité.

Or, elle ne le fut pas. Comme quoi… D’où le « plein dans le mille ». Il fit sec et même plutôt guilleret pour courir à travers champs, bien qu’il fût avisé de regarder où mettre les pieds pour ne pas prendre un billet de parterre comme cette jeune concurrente qui, en lutte pour la victoire au scratch femmes, se ramassa, sans bien heureusement se faire mal. Et, la Chouette Ecole a ceci d’extra-chouette qu’elle dispose de vestiaires et de douches pour se décrotter au besoin avant de boire un godet. Three cheers pour les runners together, les bluemooners – et pour les teetotallers parmi vous bien sûr aussi ! Les absents, comme souvent, eurent tort.

Rendez-vous ce samedi 23 mars 2024 à 15 heures à Vieusart pour la 39e édition du Jogging du Pisselet. Deux distances figurent au programme : 12,1 km et 6,1 km.

* * *

Soutenez le site Marathonien de coeur et d’esprit. Partagez l’article avec vos amis et connaissances et offrez le livre à un proche. Il est en stock !

Dans Chemin faisant, ses Carnets de route qui ont été publiés au début de l’an dernier, votre auteur joggeur et marathonien préféré met en avant une pratique récréative et conviviale de la course à pied sur route et à travers champs et bois.

Achetez ce livre paru en 2021 sur Amazon.fr ou directement chez l’éditeur en Belgique en cliquant sur le lien correspondant à votre choix.

Ce recueil de près de 200 pages consiste en un prologue en guise d’échauffement, 42 chapitres hauts en horizons divers et un épilogue en guise de retour au calme – comment aurait-il pu en être autrement ?

Tagué avec: , ,
Posté dans Accomplissement de soi

La Chaumontoise, par monts et (ronds) vaux, et en musique

15 km environ. Les organisateurs de la Chaumontoise – Mémorial Max Roberti, quatrième épreuve du Challenge Delhalle 2024, en avaient annoncé un peu plus, c’en furent un peu moins, foi de GPS running watch et de tous connectés. Bon Dieu, comment faisions-nous au temps où, chemin faisant, a fortiori si vous passiez quelques heures à courir un marathon, vous vous liiez de conversation avec l’une ou l’autre gente personne courant à vos côtés sans qu’elle ne dusse se sortir les écouteurs des esgourdes ?

Tant qu’à faire, pour se mettre au diapason, voici ce que votre marathonien de coeur et d’esprit vous recommanderait comme programme musical pour cette Chaumontoise :

– pour ne pas partir trop vite sur le petit tour de chauffe de 3 km qui précédait la première montée et donc éviter de faire ce que Serge Cottereau, grand spécialiste des courses de grand fond et fondateur des 100 Km de Millau, dit que 90% des joggeurs font : « Hello In There » (« Waiting for someone to say, “Hello in there, hello” »), la chanson de John Prine dans la version de Kris Kristofferson et Joan Baez au Big Sur Festival de 1972 ;

– pour attaquer la montée de la butte au 4e km, en redescendre, longer le Train et arriver au sommet du 7e-8e km en en gardant encore sous la semelle pour la seconde moitié du parcours : « A Hard Rain’s A-Gonna Fall » (« Oh, what’ll you do now, my blue-eyed son? / Oh, what’ll you do now, my darling young one? ») de Bob Dylan, dans l’émouvante interprétation qu’en fit Patti Smith lors de la cérémonie de remise du prix Nobel de littérature au Stockholm Concert Hall en 2016 ;

– si vous vous demandez, comme les organisateurs sans doute se le demandent, pourquoi le jogging du Ronvau attirait près d’un millier de participants quand il faisait partie du Challenge du Brabant wallon et ne proposait qu’une distance (12 km) et n’en avait attiré que 538 sur les deux distances (15 et 6 km) du Dehalle alors qu’il est toujours aussi bien organisé, que Michel Rubino assurait le commentaire et un orchestre, l’ambiance, et qu’il faisait super pour courir : « Blowin’ in the wind » (« The answer, my friend, is blowin’ in the wind ») du même Freewheelin’ Bob Dylan ;

– pour passer le gué, remonter le mur tout crotté, faire la boucle boisée avant de dévaler le chemin escarpé et redescendre au niveau parking, lorsque la respiration se fait plus bruyante, la foulée plus hésitante et, pour certains, les yeux se remplissent de petites étoiles : « The Windmills of Your Mind » de Michel Legrand pour la musique et de Noel Harrison pour les paroles en anglais (« Like a circle in a spiral, like a wheel within a wheel / Never ending or beginning on an ever spinning reel / As the images unwind, like the circles that you find / In the windmills of your mind ») ;

– enfin, sur l’étroit chemin de terre qui mène à l’arrivée et au passage de l’arche de triomphe : l’Alleluia extrait du motet Exsultate Jubilate (« o vos animae beatae ») de Mozart avec la soprano Nola Richardson.

Réjouissez-vous de courir, exultez, ô âmes heureuses.

* * *

Soutenez le site Marathonien de coeur et d’esprit. Partagez l’article avec vos amis et connaissances et offrez le livre à un proche. Il est en stock !

Dans Chemin faisant, ses Carnets de route qui ont été publiés au début de l’an dernier, votre auteur joggeur et marathonien préféré met en avant une pratique récréative et conviviale de la course à pied sur route et à travers champs et bois.

Achetez ce livre paru en 2021 sur Amazon.fr ou directement chez l’éditeur en Belgique en cliquant sur le lien correspondant à votre choix.

Ce recueil de près de 200 pages consiste en un prologue en guise d’échauffement, 42 chapitres hauts en horizons divers et un épilogue en guise de retour au calme – comment aurait-il pu en être autrement ?

Tagué avec: , , ,
Posté dans Accomplissement de soi
Archives