J.O. de Rio, ce dimanche 14 août, marathon féminin : les favorites

N’en déplaise à ceux qui, contrairement à Marathonien de coeur et d’esprit, ont une vision moins cosmopolite du sport et même si l’enjeu principal d’un marathon olympique consiste en l’attribution des médailles et son déroulement en est essentiellement tactique et plus lent qu’un marathon où des primes sont accordées en fonction des chronos, ce dimanche 14 août, la course aux médailles sur le marathon féminin devrait se circonscrire, en toute logique sportive, aux représentantes de l’Ethiopie, du Kenya et du Japon.

Les trois Ethiopiennes présente les meilleures références. Tirfi Tsegaye, victorieuse au Marathon de Dubai 2016, y a réalisé la meilleure performance mondiale de l’année en 2:19:41. En 2014, Tsegaye s’était imposée à Tokyo et à Berlin (où elle avait couru un record personnel de 2:20:18). Tigist Tufa, 2e du Marathon de Londres 2016 (2:23:03), ne finit qu’à 5 sec de la lauréate kenyane et, si sa victoire à Londres en 2015 constituait une surprise, Tufa y confirma donc cette année toute sa valeur sur la distance. La troisième athlète de la délégation est Mare Dibaba. La championne du monde sur marathon et détentrice de la deuxième meilleure performance mondiale de 2015 (2:19:52) dut se contenter de la 6e place à Londres cette année, mais son chrono (2:24:09) ne la situait qu’à 1 min 11 sec de la 1ère, un écart de moins de 2 sec au km.

Le Kenya sera représenté sur le marathon féminin des J.O. par trois gagneuses dont les dispositions ont été attestées en 2016. Jemima Sumgong s’adjugea la victoire dans le Marathon de Londres 2016 en 2:22:58, Helah Kiprop, dans celui de Tokyo 2016 en 2:21:27 (3e meilleure performance mondiale de l’année) et Visiline Jepkesho, dans celui de Paris 2016 en 2:25:53. La détermination affichée par Sumgong à Londres où elle fut victime d’une chute dans laquelle sa tête heurta la sol, en fait pour certains la principale favorite pour la victoire à Rio.

Le trio japonais sera emmené par Kayoko Fukushi, la lauréate du Marathon d’Osaka 2016 et 6e meilleure performance de l’année (2:22:17), et complété par Tomomi Tanaka et Mai Itō.

Les Européennes

Côté européen, la Biélorusse Volha Mazuronak, 4e du Marathon de Londres 2016, et les Portugaises, sous la conduite de Sara Moreira (2:24:49 sur marathon à Prague en 2015 et championne d’Europe de semi-marathon à Amsterdam en 2016), paraissent les mieux armées pour se mêler aux débats à l’avant du peloton. L’on suivra aussi les triplées Luik (Estonie) et les jumelles allemandes Anna et Lisa Hahner ainsi bien sûr que la Française Christelle Daunay, championne d’Europe sur marathon (Zurich 2014, 2:25:14) et détentrice du record de France (2:24:22), et les Belges Veerle Dejaeghere, Manuela Soccol et Els Rens.

* * *

Le marathon féminin des J.O. de Rio sera retransmis le dimanche 14 août à 14h30 sur France 3.

* * *

Soyez automatiquement informé des prochains articles publiés concernant les plus grands marathons d’Europe et d’ailleurs, les événements et livres phares du jogging en vous abonnant au blog Marathonien de coeur et d’esprit via ce lien. C’est gratuit et vous pourrez à tout moment vous désabonner.

Soutenez ce site en commandant le livre Marathonien de coeur et d’esprit au prix de 12,50 € (frais d’envoi compris à l’adresse de votre choix) via le lien surligné en rouge. (Les oeuvres rares ne se trouvent pas dans toutes les bonnes librairies!)

Avec Marathonien de coeur et d’esprit, carnets de route d’un périple marathonien européen, parcourez villes et campagnes et jetez un regard nomade sur le monde et notre société au travers de neuf grands marathons (Paris, Berlin, Rome, Madrid, Barcelone, Copenhague, Lisbonne, Siebengebirge et Las Palmas de Gran Canaria).

Suivez Marathonien de coeur et d’esprit sur Facebook et sur Twitter @Marathonience.

Tagué avec: , , , ,
Posté dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*