Les Hivernales du Racing Club de Bruxelles (02.02.2014)

What a difference a day makes, eût chanté Dinah Washington. Alors que la veille à la même heure il pleuvait des cordes à Bruxelles, c’est sous un soleil engageant que les deux mille concurrents de la 34e édition des Hivernales du Racing Club de Bruxelles gravirent la butte de l’International School of Brussels dans l’avenue de la Foresterie à Watermael-Boitsfort ce dimanche pour y enlever leurs dossards et déposer leurs sacs à la consigne.

La section GAL (Groupement Allure Libre) du Racing Club de Bruxelles (RCB) constitue avec ses quelque 200 membres l’un des plus grands clubs de jogging du pays. L’accueil réservé aux concurrents et l’organisation générale des Hivernales sont à la mesure de l’importance et du prestige du club. Créée en 1981 sous le nom de Jogging de l’Hippodrome dans la continuité de l’esprit du « Cross du Soir » qui réunissait dans les années cinquante et soixante plusieurs milliers de coureurs affiliés ou non à un club d’athlétisme officiel sur la plaine des manoeuvres d’Evere, la manifestation du RCB fut accueillie dans les installations de l’International School of Brussels à partir de 1985 et ne les a plus quittées, sauf en 1991 en raison des circonstances géopolitiques (première Guerre du Golfe). Ce fut aussi en 1985 que fut adoptée la formule actuelle des 10 et 20 km.

Le départ des deux courses se donnait simultanément à 10 heures 30 et l’on commençait par une boucle de 2,5 km dans les rues de Boitsfort, question de décanter le peloton avant de contourner l’Etang de Boitsfort par le chemin des Silex, de pénétrer dans la Forêt de Soignes par l’avenue des Deux Montagnes et pratiquement ne plus quitter la forêt jusqu’à quelques centaines de mètres de l’arrivée. Si le parcours n’avait de toute évidence rien de montagnard, il se présentait constamment en dents de scie, raison sans doute pour laquelle chaque participant, homme ou femme – c’est ça l’égalité des sexes ! – se vit offrir une petite scie à main à l’arrivée.

Jérôme Philippe, un triathlète de 41 ans membre de l’Urban Tri Team, réédita sa victoire de 2013 en suivant sur les premiers kilomètres, ne sachant trop à quoi s’en tenir, le futur vainqueur de la petite distance, Abdeljebbar Sihammane (RCB). Les choses se précisèrent à la bifurcation du km 3 après laquelle le futur vainqueur de la grande distance se retrouva seul en tête avec une avance d’environ 30 secondes sur son plus proche poursuivant. L’objectif de Jérôme Philippe, qui a accompli une vingtaine d’ « Ironman », s’est déjà qualifié quatre fois pour l’ « Ironman » de Hawaii et espère remettre cela au championnat d’Europe à Francfort en juillet, était d’évaluer sa condition actuelle. En avril, sa charge d’entraînement passera de 15 à 20 heures par semaine. Elle comprend déjà actuellement quatre séances de course à pied, à savoir deux séances de récupération, une sortie longue sur 26-27 km et un séance d’entraînement fractionné sur piste.

Du côté féminin, Virginie Vandroogenbroek se rappela au souvenir de chacun en s’imposant de belle façon devant Louise Deldicque et Alexandra Tondeur (autre triathlète ambitieuse, qui sortait d’un stage d’une semaine et 6 heures d’entraînement par jour). Déjà victorieuse en 2004, 2006, 2007 et 2010, la lauréate du jour sort quant à elle d’une longue période d’inactivité pendant laquelle seul le vélo lui permettait d’entretenir sa condition. Une première reprise se solda par un bris de clavicule en mars 2013 lors d’un duathlon, la condamnant au « rouleau » pour se maintenir en condition. Elle y parvint fort bien puisqu’elle courut la marathon d’un « Ironman » disputé par équipes de trois à Robertville en septembre 2013, puis elle s’aligna régulièrement en « cross-cup » pendant l’automne et l’hiver. Elle se refuse toutefois à fixer des objectifs à long terme, bien qu’une participation aux 20 Km de Bruxelles ne lui déplairait pas.

C’est Kathleen Steenhaut du Spiridon Aaslt qui s’imposa au scratch sur la courte distance, devant la Nivelloise Emily Devick dont le retour en forme après quelques ennuis musculaires s’était précisé la semaine dernière lors du Jogging de Nivelles comptant pour le Challenge de Jogging du Brabant Wallon.

* * *

Avec Marathonien de coeur et d’esprit, parcourez villes et campagnes et jetez un regard nomade sur le monde et notre société au travers de neuf grands marathons en Europe (Paris, Berlin, Rome, Madrid, Barcelone, Copenhague, Lisbonne, Siebengebirge et Las Palmas de Gran Canaria).

Soutenez l’art et les lettres belges et apportez votre soutien à ce site en commandant le livre, imprimé en France, au prix modique de 12,50 € (frais d’envoi compris à l’adresse de votre choix) via le lien surligné en rouge. (Les oeuvres rares ne se trouvent pas dans toutes les bonnes librairies!)

Suivez aussi Marathonien de coeur et d’esprit sur Twitter @Marathonience.

Tagué avec: , ,
Posté dans Accomplissement de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*