Treviso Marathon – Sur les terres du Prosecco (02.03.2014)

Treviso Marathon sulle terre del Prosecco dalle Colline della DOCG alla terra della DOC : tout un programme, n’est-il pas? Trévise, pour ceux parmi vous qui ignoreraient que la compagnie aérienne la moins chère et la plus ponctuelle mais pas toujours y vole à partir de Charleroi et, depuis peu, de Zaventem, se situe en Vénétie, à une trentaine de kilomètres au nord de Venise, au milieu de la plaine du Pô, entre les Dolomites et les plages de la mer Adriatique. Sa géographie explique sans doute sa pluviométrie, propice à la culture du radicchio rosso di Treviso, parfois moins à la villégiature.

Samedi, il pleuvait à verse. Dimanche, heureusement, le ciel s’éclaircit pour le marathon et la visite de la ville, ses remparts, ses fleuves et canaux, ses piazze et ruelles anciennes sur les deux derniers kilomètres du parcours. Ce dernier emmena plus de deux mille coureurs de Conegliano à Treviso sur des routes libres de trafic automobile à travers les vignes du Prosecco et les villages de Santa Lucia di Piave, Susegana, Nervesa della Battaglia, Arcade, Povegliano, Villorba, avec les Pré-Alpes et les Dolomites en arrière-plan. Au départ comme à l’arrivée et lors de la traversée des villages, un public parfois nombreux acclamait le passage des coureurs et les encourageait avec enthousiasme à grand renfort de bravo, brava, bravi, bravissimi. Des orchestres et des fanfares folkloriques rythmaient à plusieurs endroits la foulée des marathoniens.

Pour cette édition 2014, l’organisation du Marathon de Trévise fut reprise par un nouveau comité de six personnalités de la région qui entendent conférer à l’événement une impulsion internationale visant à faire connaître la province et à promouvoir son sens de l’hospitalité (dont Marathonien de coeur et d’esprit lui est reconnaissant), son souci de l’environnement et sa recherche de l’excellence. Sur ces plans, le Marathon de Trévise s’avéra exemplaire : accueil des participants, produits de la région comme goodies (même le T-shirt était Made in Italy), ravitaillements judicieusement répartis tous les cinq kilomètres et approvisionnés en eau, boisson énergétique et fruits, épongeages, chronométrage par puce électronique incorporée dans le dossard avec prise des temps de passage aux 10 et 30 km ainsi qu’à la mi-parcours, donneurs d’allure, consigne et vestiaires. Les bénévoles étaient presque aussi nombreux que les coureurs!

Parmi les produits du terroir, chaque coureur reçut notamment une demi-bouteille de prosecco. Roberto Girotto, responsable de l’Expo Run, se montrait satisfait de ce que le comité ait pu réunir les deux consortiums régionaux de l’appellation, Prosecco DOC et Conegliano Valdobbiadene Prosecco Superiore DOCG. Il ne voit toutefois pas le Marathon de Trévise s’inspirer de celui du Médoc ou d’autres épreuves étroitement associées à la promotion d’un vignoble. « Nous restons avant tout une association sportive », précisa cet ancien bon coureur de demi-fond. Il doute aussi de ce qu’une grande entreprise de la région (qui en compte plusieurs : Benetton, de Longhi, Replay, Stefanel, Geox, Diadora, Lotto) ne s’associe à la manifestation. N’y aurait-il pourtant pas dans la mise en valeur de l’aspect festif de l’événement à une date proche du carnaval et dans le choix d’un sponsor principal de renommée mondiale une voie rapide pour l’internationalisation de l’événement ?

Sur le plan sportif, le podium hommes réunit des coureurs de trois nationalités différentes : Simon Rugut  (Ouganda, 2:16:32, à droite du Suédois Linus Nilsson, 6e, sur la photo ci-contre), dont, à bientôt 30 ans, c’était le troisième marathon et le troisième succès après qu’il se soit imposé à Leiden en 2009 et 2012, Geoffrey Ngugi (Kenya, 2:20:25) et Hamid Mohammendnur (Erythrée, 2:21:03). Du côté des femmes, trois Italiennes se classèrent aux premières places : Laura Giordano (qui n’avait pas dû se déplacer de loin pour prendre le départ puisqu’elle porte les couleurs du club de Conegliano et qui s’imposa en 2:46:36), Francesca Iachemet (2:50:07) et Francesca Marin (2:54:16). Le Belge Walter Meert se classa 35e au scratch en 2:50:06, Marc Lisons 462e en 3:26:28, Jonathan Mead 517e en 3:29:13. Des 1834 coureurs classés, 261 étaient des femmes mais aucune Belge ne figurait parmi elles. 23 pays étaient représentés, d’Europe et d’ailleurs. Deux concurrents italiens étaient octogénaires et terminèrent en près de 6 heures, deux concurrentes étaient septuagénaires, dont la Française Viviane Frappier, 72 ans, qui termina en 4:14:23. Les records du Marathon de Trévise sont détenus par le Kényan Benjamin L. Pseret (2:10:18) et l’Ethiopienne Shitaye Gemechu (2:28:03) depuis 2007.

Le dimanche soir, une fois le calme revenu après le tumulte météorologique et sportif du jour et des heures précédents, quel plaisir ce fut de déambuler entre les palazzi jusqu’au pont immortalisé par un vers de Dante Alighieri dans la Divine Comédie, « dove Sile e Cagnan s’accompagna ». Trévise, universitaire et chargée d’histoire, est une ville exquise qui vaut le déplacement, le marathon ajoutant comme d’habitude une quatrième dimension à la visite.

Le Marathon de Trévise obtient un 16/20 pour l’organisation, un 15/20 pour l’engouement populaire et l’ambiance musicale, un 15/20 pour le parcours, un 16/20 pour l’accessibilité et un 18/20 pour l’intérêt de la destination, soit la mention « grande distinction » avec un score de 80/100.

* * *

Avec Marathonien de coeur et d’esprit, carnets de route d’un périple marathonien européen, parcourez villes et campagnes et jetez un regard nomade sur le monde et notre société au travers de neuf grands marathons (Paris, Berlin, Rome, Madrid, Barcelone, Copenhague, Lisbonne, Siebengebirge et Las Palmas de Gran Canaria).

Soutenez l’art et les lettres belges et apportez votre soutien à ce site en commandant le livre, imprimé en France, au prix modique de 12,50 € (frais d’envoi compris à l’adresse de votre choix) via le lien surligné en rouge. (Les oeuvres rares ne se trouvent pas dans toutes les bonnes librairies!)

Suivez aussi Marathonien de coeur et d’esprit sur Twitter @Marathonience.

 

Tagué avec: , ,
Posté dans Accomplissement de soi
1 Commentaire » pour Treviso Marathon – Sur les terres du Prosecco (02.03.2014)
  1. Valerie Delcourt dit :

    Merci pour ce bel article qui vante les qualités de notre organisation. Je suis très contente que votre séjour se soit si bien passé et bravo pour le marathon. Valérie Delcourt (Treviso Marathon)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*