London Marathon 2015 – Eliud Kipchoge, Tigist Tufa, superbes vainqueurs

Le London Marathon 2015 a tenu toutes ses promesses. A 18 heures 10 (heure de Londres), 37.675 participants, près de mille en plus que jamais auparavant, avaient franchi la ligne d’arrivée sur le Mall devant Buckingham Palace, plusieurs heures après que deux superbes vainqueurs inattendus et une grande championne pour ses adieux en avaient fait autant.

L’Ethiopienne Tigist Tufa, pleine de grâce athlétique et de détermination, ne s’embarrassa d’aucun complexe à l’égard des « fantastic four », l’opposition kenyane tant encensée par les organisateurs. Au terme d’un époustouflant 24e mile (1604 m) couvert en 5 :05, elle se détacha de sa compatriote Tsegaye pour se présenter seule à l’arrivée, avec une belle avance sur la grande favorite du jour, déjà deux fois victorieuse dans le London Marathon, Mary Keitany. Cette dernière, lauréate du New York Marathon 2014, arracha en effet la deuxième place en battant Tirfi Tsegaye d’une seconde au sprint. Autre membre du « fantastic four » et recordwoman du monde sur semi-marathon, Florence Kiplagat, loin de récidiver sa deuxième place d’il y a douze mois à Londres, se fit quant à elle devancer pour la quatrième place par une autre Ethiopienne, Aselefech Mergia, victorieuse en janvier dernier dans le Dubai Marathon. Elles aussi membres du fameux quatuor kenyan annoncé, Priscah Jeptoo, lauréate à Londres en 2013 et médaille d’argent sur marathon aux J.O. de Londres en 2012, se classa 7e en 2:25:01 et Edna Kiplagat (sans lien de parenté avec Florence), par deux fois championne du monde et lauréate du London Marathon 2014, 11e en 2:27:16, près de sept minutes de plus par rapport à son chrono de 2014. La Portugaise Anna Dulce Félix, première européenne, fut récompensée d’une course hardie, longtemps disputée aux avant-postes, par une belle 8e place et un nouveau record personnel (2:25:15).

Ce n’était que la seconde fois qu’une Ethiopienne remportait le London Marathon. Tufa s’était imposée dans le Shanghai Marathon où elle réalisa un record personnel l’an dernier mais elle n’était jamais montée sur le podium d’un World Marathon Major. C’est désormais le cas et de quelle maîtresse façon ! « Je suis très heureuse, déclara-t-elle, car j’ai battu les meilleures athlètes du monde. J’avais l’intention de réaliser une bonne performance chronométrique, mais aujourd’hui il ne fut pas question de chronos rapides et je me suis épargnée pour tout donner dans les cinq derniers kilomètres. » C’est sa compatriote Tsegaye qui débloqua la course en l’entraînant en tête avec une avance d’une cinquantaine de mètres au bout d’un 23e mile couvert en 5:19 avant que Tufa ne s’isole définitivement à l’avant dans le mile suivant.

La recordwoman du monde sur marathon, la Britannique Paula Radcliffe ne prit pas le départ avec le groupe des élites féminines mais au sein du peloton mixte. Elle termina ce qui devrait être le dernier marathon de sa carrière en 2:36:55, 10 ans après avoir réalisé à Londres son spectaculaire record dans la course féminine. La marathonienne âgée de 41 ans détient les deux records féminins, sur marathon uniquement féminin et sur marathon « mixte ».

La course masculine s’élagua au fil des kilomètres. Geoffrey Mutai fut le premier à se faire évincer du groupe de tête, dès avant la mi-course (il abandonna peu après). Emmanuel Mutai et Samuel Tsegay renoncèrent à suivre la cadence au passage du 15e mile (E. Mutai termina 10e en 2:10:54, Tsegay abandonna au 25e km). Quand ce fut au tour du jeune Ethiopien Mekonnen de lâcher prise, il resta six athlètes dans le groupe de tête. Ils passèrent le 25e km en 1:14:03, avec Kipchoge et Kimetto en tête, Kipsang et Kitwara une foulée derrière, Biwott et Regassa à l’arrière. Le 30e km fut atteint en 1:28:56 et aucun signe ne permettait de départager les six hommes de tête, tous progressant à un certain moment de front et dans la même foulée. Après que le 35e km fût franchi en 1:44:02, Kitwara lâcha prise (il termina 6e en 2:07:43). L’allure ralentit avec le double effet de mettre le record du London Marathon hors d’atteinte et Kipchoge, spécialiste des courses de fond sur piste, en position. Kipchoge donna un coup d’accélérateur qui décrocha définitivement l’Ethiopien Regassa (il finit 5e en 2:07:16). Ils restaient à quatre pour trois marches sur le podium. Ils disparurent de vue sous une passerelle et quand ils réapparurent Kipsang et Kipchoge avaient fait la différence.

En 2013, Eliud Kipchoge s’était classé deuxième du Berlin Marathon dans lequel Wilson Kipsang avait battu le record du monde. Il paraissait bien décidé à ne pas laisser l’histoire se répéter. Après que le duo, magnifique de prestance, eût couru un kilomètre en 2:48 et atteint le 40e en 1:58:29, Kipchoge força l’allure mais Kipsang se retrouva rapidement à ses côtés. Chacun put se demander si les deux coureurs franchiraient la ligne d’arrivée la main dans la main comme le firent les premiers vainqueurs du London Marathon, un geste sublime qui inspire encore de nos jours l’esprit de cet événement. Mais, les temps ont changé. A 650 mètres de l’arrivée, Kipchoge accéléra à nouveau et prit 5 mètres d’avance, puis un peu plus en vue de Buckingham Palace, désormais certain de sa victoire. Il finit en 2:04:42, à 13 secondes du record de l’épreuve (2:04:29) de Kipsang qui termina cette fois deuxième à 5 sec. Kimetto, le recordman du monde sur marathon, compléta le podium.

* * *

Soutenez l’art et les lettres francophones ainsi que ce site dédié au jogging : commandez le livre Marathonien de coeur et d’esprit au prix de 12,50 € (frais d’envoi compris à l’adresse de votre choix) via le lien surligné en rouge. (Les oeuvres rares ne se trouvent pas dans toutes les bonnes librairies!)

Avec Marathonien de coeur et d’esprit, carnets de route d’un périple marathonien européen, parcourez villes et campagnes et jetez un regard nomade sur le monde et notre société au travers de neuf grands marathons (Paris, Berlin, Rome, Madrid, Barcelone, Copenhague, Lisbonne, Siebengebirge et Las Palmas de Gran Canaria).

Soyez automatiquement informé des prochains articles publiés sur ce site concernant les plus grands marathons d’Europe et d’ailleurs, les événements et livres phares du jogging en vous abonnant au blog Marathonien de coeur et d’esprit via ce lien. C’est gratuit et vous pourrez à tout moment vous désabonner.

Suivez aussi Marathonien de coeur et d’esprit sur Facebook www.facebook.com/marathonien.coeur.esprit et sur Twitter @Marathonience.

Tagué avec: , , , , ,
Posté dans Dépassement de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*