Les Sentiers du Val à Seraing – Challenge Condruzien (07.07.2012)

« Seraing, Cité de demain » annonce le site seraing.be. Soit ! Mais aujourd’hui ? Que l’on ne s’arrête pas au panorama, disons un peu sinistre, des bords de Meuse. Seraing est fort heureusement entourée de trois massifs forestiers, les bois de la Vecquée, de la Marchandise d’Ara et de l’Abbaye.

Anciennement nommé Bois de l’Evêché – Vesqueit – et géré par le Prince-Evêque, la Vecquée couvre 673 hectares. La Marchandise d’Ara appartenait aussi à l’Evêché et s’étend sur 86 hectares. Le Bois de l’Abbaye, possession des abbés cisterciens du Val Saint- Lambert du XIIIème à la fin du XVIIIème siècle et aussi connu sous le nom de Bois du Val Saint-Lambert, s’étend sur 75 hectares.

Comme pour la manche du Challenge Delhalle à Seraing, celle du Challenge Condruzien partait de la piste d’athlétisme

Les 10 Miles de Seraing, dont le Seraing Runners Team organisera la 37ème édition le samedi 11 août 2012 à 15 heures dans le cadre du Challenge Delhalle, se dérouleront dans la Vecquée. Par contre, les Sentiers du Val, autre organisation du Seraing Runners Team, constituaient samedi la onzième des vingt courses au programme du Challenge Condruzien 2012 et parcouraient le Bois de l’Abbaye.

Sous les frondaisons luxuriantes le long du ruisseau

Les Sentiers du Val laissaient le douloureux souvenir d’une entorse et d’une incapacité de courir de plusieurs semaines à la suite d’une pose de pied malencontreuse sur une pierre enfouie dans la boue. Aussi les abordait-on avec une certaine appréhension, renforcée lorsqu’une concurrente s’étala de tout son long au troisième kilomètre après avoir heurté une pierre ou une racine. (La courageuse se redressa rapidement, se dépoussiéra, s’inspecta les bras, reprit la course et la termina. Puisse-t-elle lire ces lignes et s’y reconnaître!)

Le circuit de 10 km 840, tracé pour 80% dans le bois, était d’un profil trompeur. En principe en descente sur sa première moitié, il serpentait les sentiers et était parsemé de bosses qui vous obligeaient constamment à changer d’allure et vous laissaient l’impression qu’il n’était pas aussi facile que cela n’en avait l’air sur la cartographie. La seconde moitié, toute en montée à l’exception de l’ultime kilomètre, était enchanteresse sous les frondaisons luxuriantes le long du ruisseau de Villancourt que l’on suit avant d’obliquer sur un sentier escarpé au huitième kilomètre.

Henri Heinen et Freddy Counasse du Seraing Runners Team

Que Henri Heinen, auteur notamment de trente marathons dont la moitié en moins de 3 heures et de sept 100 Kilomètres officiels dont ceux mythiques de Millau, coureur toujours bien actif dont, à 68 ans, l’esprit de compétition reste aiguisé et qui faisait partie du comité organisateur de l’épreuve du jour, pardonne l’auteur de ce modeste compte-rendu s’il lui avoue avoir parcouru ces Sentiers du Val Saint-Lambert d’une beauté cristalline en épicurien, dans le pur esprit de Marathonien de coeur et d’esprit…

Tagué avec: , ,
Posté dans Accomplissement de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*