Le trail de nuit comme remise en forme méditative ultime

Le trail de nuit fait partie intégrante de l’entraînement d’un ultra-marathonien, mais chaque coureur devrait-il envisager de l’ajouter à sa routine d’entraînement ? C’est ce que pense Simon Van Booy, un auteur primé et traduit en plusieurs langues de livres de fiction et d’anthologies de philosophie, qui écrit aussi notamment pour le New York Times et le Financial Times.

Si le sport de l’ultra-running existe depuis les années 1970, il était considéré jusqu’il y a peu comme réservé à des excentriques aux capacités surhumaines. Sa popularité croissante auprès de personnes « normales » n’est peut-être pas due, suggère Van Booy, au défi physique de courir à pied pendant un laps de temps prolongé, mais plutôt au sentiment d’intense camaraderie que l’on partage avec d’autres athlètes d’endurance et à l’expérience d’être dans la nature pendant longtemps.

Toute épreuve de course à pied dont la distance dépasse les 42 km 195 m d’un marathon conventionnel est considérée comme « ultra ». Les distances les plus populaires de cette discipline sont toutefois de 50 km, 50 miles, 100 km et 100 miles. La plupart du temps les épreuves se déroulent sur des chemins et sentiers et souvent les coureurs y passent une partie de la nuit, voire une nuit entière.

Le trail de nuit n’est toutefois pas destiné aux seuls ultra-runners, écrit Van Booy, quiconque veut s’éloigner de la civilisation et voir le monde d’une manière entièrement nouvelle devrait envisager de l’ajouter à sa routine.

De sa première expérience d’ultra-running de nuit sur un chemin le long d’un canal abandonné, gelé, construit au début du XIXe siècle et sillonnant la frontière entre la Pennsylvanie et le New Jersey, Van Booy retient, outre une rencontre insolite dont il se demande à ce jour s’il s’agissait d’un être humain ou d’un fantôme (les 4000 ouvriers qui creusèrent le canal souffrirent à l’époque d’une épidémie de choléra et beaucoup furent ensevelis sur place…), le silence total lorsqu’il s’arrêtait de courir et les premières lueurs du jour quand le soleil se leva, conférant à son expérience une dimension de spiritualité et d’émerveillement.

* * *

Dans ses carnets de route publiés cette année sous le titre Chemin faisant, Marathonien de coeur et d’esprit évoque son expérience d’un trail de nuit sur des chemins de légende dans la plus haute partie de la Belgique. Découvrez-en le compte-rendu en achetant le livre (voyez comment ci-dessous !).

* * *

Le nouveau livre de Marathonien de coeur et d’esprit est en stock !

Dans Chemin faisant, ses Carnets de route qui ont été publiés au début de l’année, votre auteur joggeur et marathonien préféré met en avant une pratique récréative et conviviale de la course à pied sur route et à travers champs et bois.

Achetez ce livre paru cette année sur Amazon.fr ou directement chez l’éditeur en Belgique en cliquant sur le lien correspondant à votre choix.

Ce recueil de près de 200 pages consiste en un prologue en guise d’échauffement, 42 chapitres hauts en horizons divers et un épilogue en guise de retour au calme – comment aurait-il pu en être autrement ?

Tagué avec: , , ,
Posté dans Connaissance de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*