Jogging JM Peeters à Gastuche – Challenge du Brabant Wallon (01.09.2012)

Jogging et festivités près de la station de Gastuche

Marathonien de coeur et d’esprit (achetez le livre – 12,50 € – en cliquant sur le lien ci-avant et il vous sera envoyé!) avait déjà évoqué le chantier perpétuel de l’E411 dans son article de la semaine dernière concernant la Descente de la Lesse. Les choses ne s’étaient pas améliorées d’une semaine à l’autre, bien au contraire. Ce week-end, « l’on » avait ajouté un chausse-trape entre Rosières et Louvranges qui multipliait par trois le temps de parcours entre le ring de Bruxelles et Namur…

Les experts en radioguidage d’une radio FM nationale supposée bien informée ont seriné tout le week-end qu’il valait mieux quitter le ring à la sortie La Hulpe et prendre ensuite la direction de Genval. Ah ben tiens ! Et, à Genval, au carrefour entre la Nationale 275 et la rue de Rosières, sans doute fallait-il bifurquer à gauche pour rejoindre l’E411 juste avant les travaux ? Ou, poursuivre sur la N275 jusqu’à Court-Saint-Etienne et aller faire une promenade à Villers-la-Ville en attendant que cela passe ?

La radio en question semblait plus futée concernant les allées et venues au Grand-Prix de Belgique de Formule 1 à Spa-Francorchamps où elle avait dépêché un hélicoptère – ni plus, ni moins ! – pour aider les spectateurs à s’en extraire. A propos, à part les pilotes, leurs sponsors et les magnats du sport spectacle et des médias, un Grand Prix de Formule 1 intéresse-t-il encore quelqu’un, à l’heure où chacun est censé mesurer son empreinte écologique au millimètre et au gramme près et les pouvoirs publics sont censés gérer nos finances de manière avisée ?

Toujours est-il que, radioguidés ou pas, bon nombre de coureurs ne purent rejoindre Gastuche à temps, samedi, pour l’avant-dernière manche du Challenge du Brabant Wallon 2012. Les organisateurs avaient eu l’amabilité de retarder le départ d’un quart d’heure mais, par respect pour les quelque quatre cents coureurs présents, ils ne purent attendre plus longtemps.

Vainqueur à Gastuche en 2011, Yves Vanderbeck se classa 2ème en 2012

Le jogging de Gastuche, 20ème édition, était organisé à la mémoire de son initiateur, Jean-Marie Peeters, dans le cadre des festivités annuelles de ce hameau sur la Dyle disposant d’une gare sur la ligne Ottignies-Wavre-Louvain et faisant partie de l’entité de Grez-Doiceau.

Déjà victorieuse à Nil-Saint-Vincent, Virginie Soenen le fut aussi à Gastuche

Le circuit de 13 km 400 et d’un dénivelé de 261 mètres empruntait principalement des chemins pittoresques à travers la campagne et les bois. L’on partait de la chaussée Wavre-Louvain à hauteur de la rue de la Station à Gastuche. Après un rapide virage à droite et une mise en jambes sur les pavés d’une ruelle en montée, l’on escaladait, dès le deuxième kilomètre, la première véritable difficulté de la journée, une côte d’environ deux kilomètres jusqu’au domaine du Bercuit, son golf et ses somptueuses propriétés.

Du Bercuit, l’on redescendait, essentiellement à travers champs, vers Dion-Valmont (km 6). A partir de là, débutait une nouvelle montée d’environ deux kilomètres jusqu’à ce que l’on repassât de l’autre côté de la Nationale 25 (que l’on avait croisée une première fois dans les premiers hectomètres). La troisième difficulté se situait entre les km 10 et 11 avant d’entamer une belle descente jusqu’au terrain de football du club local à hauteur duquel était jugée l’arrivée et dont les douches étaient fort obligeamment mises à la disposition des coureurs.

Dommage que cette belle journée de sport détente, agréablement ensoleillée et fort bien organisée, qui avait réuni 423 participants (contre 360 en 2011), ait été gâchée, pour certains coureurs, par les vicissitudes de la circulation routière en Belgique…

Tagué avec: ,
Posté dans Accomplissement de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*