Gabriele Grunewald jongle entre compétition de haut niveau et lutte contre le cancer

En juin dernier, aux championnats américains d’athlétisme en plein air, les concurrentes du tour préliminaire du 1500 mètres féminin se regroupèrent à l’arrivée autour de l’une des leurs, Gabriele Grunewald.

Gabriele, qui avait été diagnostiquée avec son quatrième cancer en mars, termina la course à laquelle, tout au long de la saison, elle avait persévéré à obtenir le droit de prendre part.

« Tout à ce sujet fait mal. Tout à ce sujet me réchauffe le coeur. Je n’ai jamais su qu’un cœur brisé pouvait être si entier, confia-t-elle sur Twitter au lendemain de cette course. Le cancer m’a ralenti, mais je ne l’ai pas laissé m’arrêter. La piste, j’y retournerai. Le soutien après la course, la prière, l’accolade de groupe, cela a été un moment incroyable mettant en exergue la fraternité parmi les concurrentes. Nous nous poussons dans chaque course, mais nous nous soucions aussi beaucoup l’une de l’autre. Je suis submergé par le soutien de ces femmes et de tout le monde dans le stade hier soir. Je vous remercie. »

Le reste de son été se concentrerait sur la chimiothérapie et, finalement, l’immunothérapie contre un carcinome adénoïde kystique (tumeur épithéliale maligne).

Gabriele Grunewald avait été diagnostiquée pour la première fois en 2009, alors qu’elle était une vedette de la NCAA à l’Université du Minnesota. La dernière récidive de la maladie est survenue sept mois après l’élimination d’une grosse tumeur au foie. De petites tumeurs sont réapparues à son foie, qui n’a pas répondu à la chimiothérapie et ne s’est pas stabilisé, cet automne, lors d’un essai clinique d’immunothérapie.

Pourtant, Gabriele Grunewald, 31 ans, ne renonce pas. Elle prévoit de participer en 2018 à des compétitions sur piste en salle. Alors qu’elle continue à partager ouvertement son histoire, les coureurs expriment partout de l’admiration pour son attitude et sa persévérance.

« L’espoir est primordial, a déclaré l’ahtlète. Cet espoir pour ma santé et pour mon avenir est quelque chose que je dois affronter tous les jours. J’en suis au point où j’ai subi des traitements qui n’ont pas bien fonctionné et ça me décourage. Pour que je résiste, je dois croire que quelque chose va marcher pour moi. »

(D’après Runner’s World.)

* * *

Soyez automatiquement informé des prochains articles publiés concernant les plus grands marathons d’Europe et d’ailleurs, les événements et livres phares du jogging en vous abonnant au blog Marathonien de coeur et d’esprit via ce lien. C’est gratuit et vous pourrez à tout moment vous désabonner.

Soutenez ce site en commandant le livre Marathonien de coeur et d’esprit au prix de 12,50 € (frais d’envoi compris à l’adresse de votre choix) via le lien surligné en rouge. (Les oeuvres rares ne se trouvent pas dans toutes les bonnes librairies!)

Avec Marathonien de coeur et d’esprit, carnets de route d’un périple marathonien européen, parcourez villes et campagnes et jetez un regard nomade sur le monde et notre société au travers de neuf grands marathons (Paris, Berlin, Rome, Madrid, Barcelone, Copenhague, Lisbonne, Siebengebirge et Las Palmas de Gran Canaria).

Suivez Marathonien de coeur et d’esprit sur Facebook et sur Twitter @Marathonience.

Posté dans Dépassement de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*