Corrida d’Eghezée : Hesbaye namuroise, nocturne et festive

La résilience est définie en psychologie comme la capacité d’un individu à résister psychiquement aux épreuves de la vie. Comme l’évoquait le livre Marathonien de coeur et d’esprit, les joggeurs en semblent mieux fournis que d’autres couches de la population. Il avait neigé de gros flocons glacés samedi matin, puis il avait plu, ça s’était arrêté quand le vent s’était levé mais la température ne s’était pas élevée pour autant et pourtant, samedi, en ces temps troublés, nous étions près de 500 coureurs à avoir répondu à la belle invitation de la Commune d’Eghezée et de la Province de Namur à participer à une corrida sur les distances annoncées de 5 et 10 km au départ du centre sportif de l’entité.

« Venez découvrir avec nous les paysages de la Hesbaye namuroise ! » disaient-ils. Pour cela, il eût fallu des phares de mer en guise de frontales car dès que l’on galopait sur le Ravel ou l’on était perdu en rase campagne, bonne chance pour découvrir quoi que ce soit, même les quelques flaques dont le vent insistant n’avait pas réussi à infléchir le cours, voire les bollards qui décorent le Ravel.

Car, dans cette commune de 15.420 habitants sur près de 103 km2, les organisateurs avaient opté pour un tour d’environ 5 km à parcourir une ou deux fois en fonction de la distance choisie et les coureurs sortaient inévitablement du centre-ville qu’ils se contentèrent de traverser au plus grand plaisir des automobilistes qui le leur faisaient savoir à grands coups de klaxon. Bravo aux aimables et courageux signaleurs qui de cette liesse populaire réussirent, aux dernières nouvelles, à éviter tout débordement !

Participation gratuite, ravitaillements liquides en petites bouteilles et solides, centre sportif moderne avec vestiaires et douches, chronométrage électronique avec dossard jetable, ambiance festive : de quoi se plaindrait-on ? De ce que l’on ne reconnaît pas grand monde parce qu’il faisait noir et que la plupart des participants avaient enfilé un bonnet jusqu’aux oreilles et vous éblouissaient de leur frontale ? C’est une corrida, les amis, et celle d’Eghezée est à faire ou à refaire !

Victoires de Christopher Van Leendert du RC Namur (en 31:41, moyenne horaire de 17,04 km) et d’Anaïs Oulukoff du Trifast (37:23, 14,44 km/h et 34e au scratch général sur 272 arrivants) sur les 9 km et d’Antoine Portetelle du BH Bikes Belgium Team (15:59, 16,90 km/h) et de Marie-Bénédicte Laridant du FC Hannut Athlétisme (18:35, 14,53 km/h, 20e au scratch général sur 210 arrivants) sur les 4,5 km. Signalons pour la bonne forme la victoire de Marcel Denis en V4 (mais, cherchez toujours, il n’y en avait pas d’autre) et la deuxième place de votre auteur marathonien favori en V3 (il n’y en avait que quatre): y a-t-il un âge où pourchasser des fantômes haletant dans la pénombre cessent d’en amuser certains?

* * *

Soyez automatiquement informé des prochains articles publiés concernant les plus grands marathons d’Europe et d’ailleurs, les événements et livres phares du jogging en vous abonnant au blog Marathonien de coeur et d’esprit via ce lien. C’est gratuit et vous pourrez à tout moment vous désabonner.

Soutenez ce site en commandant le livre Marathonien de coeur et d’esprit au prix de 12,50 € (frais d’envoi compris à l’adresse de votre choix) via le lien surligné en rouge. (Les oeuvres rares ne se trouvent pas dans toutes les bonnes librairies!)

Avec Marathonien de coeur et d’esprit, carnets de route d’un périple marathonien européen, parcourez villes et campagnes et jetez un regard nomade sur le monde et notre société au travers de neuf grands marathons (Paris, Berlin, Rome, Madrid, Barcelone, Copenhague, Lisbonne, Siebengebirge et Las Palmas de Gran Canaria).

Suivez aussi Marathonien de coeur et d’esprit sur Facebook www.facebook.com/marathonien.coeur.esprit et sur Twitter @Marathonience.

Tagué avec: , ,
Posté dans Accomplissement de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*