Challenge du Brabant Wallon – 19ème Jogging de la Petite Gette à Jauche (20.04.2013)

La 19ème édition du Jogging de la Petite Gette, comptant pour le Challenge du Brabant Wallon, était organisée samedi au départ de l’Ecole communale de Jauche par l’Association des Parents et des Enseignants. Jauche est située à l’extrême est de la province du Brabant Wallon, sur la route de Jodoigne à Hannut.

Le parcours de 12 km 340 effectuait une petite boucle d’un kilomètre à proximité immédiate du départ, façon de dégrossir le peloton de 479 participants avant de l’envoyer, à travers le village, sur le RAVEL en direction de Jauche-la-Marne. A cette hauteur, l’on passait sous l’ancienne voie ferrée, l’on remontait par un chemin empierré et pavé, puis l’on repartait dans la direction opposée, à travers champs, jusqu’au domaine d’Hemptinne. Au-delà de ce dernier, l’on retrouvait le RAVEL que l’on délaissait après deux kilomètres pour parcourir la même distance en sens inverse sur un chemin de terre et les derniers hectomètres dans le village même avec l’ultime montée de la rue des Ecoles où se jugeait l’arrivée.

Soucieux de ne pas servir de coupe-vent à ses adversaires comme à Beauvechain la semaine précédente ni d’en découdre au sprint comme à Vieusart, Adrien Stouffs n’attendit pas l’ultime ligne droite pour faire la différence à Jauche. Au ravitaillement du 5ème kilomètre, il disposait déjà d’une avance confortable d’une centaine de mètres. Il resta toutefois « pied au plancher » jusqu’au km 10, après quoi il s’autorisa un « retour au calme » anticipé jusqu’à l’arrivée. Renaud Van Wetter termina deuxième à 1 min 26 s, Cédric Danniau troisième à 2 min 33 s.

Les victoires accumulées par le jeune étudiant louvaniste en marketing sur le Challenge du Brabant Wallon sont sympathiques à plusieurs égards. Athlète talentueux, en s’alignant sur le Challenge du Brabant Wallon, il se montre désintéressé car, si une friteuse, une plante d’intérieur ou un litron de bière viennent toujours à point, les prix en espèces en sont absents. De ce point de vue, il s’inscrit dans la lignée d’un autre grand lauréat du Challenge du Brabant Wallon, Bernard Simonet, « Monsieur 99 victoires ». En outre, tout en étant extraverti et en ayant son franc-parler, Adrien ne « se la joue pas » et boit sa chope comme tout le monde avec son fan club près l’arrivée. Enfin, il a surmonté un sérieux accroc de santé sous la forme d’une fracture de fatigue au tibia qui l’a tenu écarté du jogging pendant plusieurs mois à la fin de l’année dernière et au début de celle-ci.

C’est d’ailleurs alors qu’il s’appuyait sur des béquilles que la première rencontre avec l’auteur de ces lignes eut lieu à la soirée de remise des prix du Challenge du Brabant Wallon 2012. Malgré des douleurs à la jambe, Adrien s’était aligné avec toute la fougue de ses vingt ans au départ du semi-marathon de Cologne. A quelques kilomètres de l’arrivée, il ressentit la douleur fulgurante de la fracture mais il n’abandonna pas. Sans doute tout cela n’était-il pas raisonnable mais sans doute aussi est-ce la marque des champions…

Champion, Adrien se montra encore à la Riviera Classic Monaco Run sur 24 km de Vintimille (Ventimiglia) à Monaco, le 17 mars dernier. Il avait été invité personnellement par le Président de la Ligue monégasque d’athlétisme qui s’était ému de le voir affublé de béquilles à la runners expo de la course Marseille-Cassis à laquelle il était prévu qu’il participât s’il n’y avait eu son accident. A Monaco, seuls l’Ougandais Nathan Chebet (26 ans), le Marocain Tarik Marhnaoui (31), le Kényan Duncan Kipkurgat (25) et le Français Stéphane Bégaud (37) précédèrent notre compatriote et encore le Français, champion national de trail, attendit-il les derniers hectomètres pour jaillir de son sillage et le battre au sprint.

Adrien et son père, qui l’accompagnait à cette occasion, étaient pleins d’éloges à l’égard de la course monégasque et la recommandent vivement à tous ceux qui seraient désireux de s’échapper de la grisaille régnant sous nos latitudes au mois de mars. La Riviera Classic Monaco Run était ouverte à tout le monde, sans le moindre quota, elle avait attiré un millier de participants et était encadrée par 600 bénévoles. Le parcours le long du littoral méditerranéen était de toute beauté et, contrairement à ce que l’on pourrait craindre, l’hébergement (que les Stouffs réservèrent via une agence en ligne) n’y était pas hors prix, loin de là, à condition de s’y prendre tôt. Bref, Papa Stouffs et son fiston étaient ravis, et ce dernier plus encore d’avoir amélioré son « PB » sur la distance du semi-marathon en 1 h 13 min et quelques secondes malgré le passage de deux cols !

Et à ceux qui ne sauraient pas encore ce que signifie « PB » (ainsi d’ailleurs qu’à tous les autres), recommandons vivement de se rafraîchir la mémoire en relisant Marathonien de coeur et d’esprit (avis de lecteurs) ou de commander le livre sans tarder sur ce site via le lien suivant : commander !

Avant d’en terminer avec cette manche du Challenge du Brabant Wallon à Jauche et les affaires de famille, comment Marathonien de coeur et d’esprit omettrait-il de saluer avec émotion le podium féminin du jour : 1) Cynthia Huybrechts (30-39 ans) ; 2) Estelle Tirez (50-59 ans) ; 3) Isabelle Godefridi (20-29 ans), chacune victorieuse par la même occasion dans sa catégorie d’âge respective.

Le Challenge du Brabant Wallon ayant prié Marathonien de coeur et d’esprit de ne plus publier les classements des 20 premiers hommes et des 10 premières femmes, nos fidèles lecteurs se voient, à notre grand regret, invités à aller les chercher sur d’autres médias.

Tagué avec: , , ,
Posté dans Accomplissement de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*