Challenge de jogging du Brabant wallon : Vallonné pays qui est le nôtre

Roland Poulain ne s’en cache pas : le parcours de son Jogging du Pisselet, qui se déroula le 26 mars dernier avec départ et arrivée sur la place de l’église Saint-Martin à Vieusart, est vallonné. Alors, quitte à parcourir les essarts, il suffit de prendre le Train à temps, à l’endroit, à l’envers, allègrement comme toujours, pensez-vous ? Eh bien, non !

Plus d’un concurrent de cette 36e édition qui se courait à contresens (la petite boucle que l’on prenait par sa partie large et terminait par le petit chemin terreux escarpé et la grande qui commençait par contourner le château), plus d’un concurrent, disais-je, eut l’impression que ça n’arrêtait pas de monter et que c’était plus dur qu’avant. Il est vrai qu’ « avant », ça remonte, et on ne se souvient plus très bien s’il était réel ou virtuel.

Qu’empêche, nous fûmes 359 à nous classer sur les 12,6 km, 117 sur les 5,9 km, sous un chaleureux soleil printanier qui inondait les vallées du Pisselet et du Train tandis qu’y soufflait un vent martial propre aux Ides et courses à travers champ (de Mars, les Ides et le champ, bien sûr).

Le 1er avril 2022 fut, paraît-il, au grand dam de ceux qui pensaient qu’un climat méditerranéen baignerait bientôt nos étangs et leurs étants, le plus froid depuis 1892. Ce n’était pas un poisson et la neige était bien là au lever. Le lendemain, elle hésita : quelques flocons timides tombèrent avant que de n’arriver à Oisquercq, d’autres sur le chemin du retour, mais, pendant la manche du Challenge de jogging du Brabant wallon qui y eut lieu le 2 avril, aucune précipitation, ni du ciel (vous l’aurez compris) ni pied au plancher (vous allez comprendre).

C’est qu’un vent piquant balayait les deux versants du canal de Bruxelles à Charleroi et ralentit plus d’un, plus d’une, dans leurs débordements d’endorphines, des talwegs aux lignes de faîte dont on fit plusieurs allers-retours sur la grande distance. Au Jogging de Oisquercq, ça montait dès le départ, ça montait le long de la centrale électrique, ça montait long en quittant le canal et ça montait encore à l’arrivée.

N’empêche, nous fûmes 421 terminators (« a person that terminates something », dit le dictionnaire) sur les 11,2 km et 127 sur les 6,3 km.

Le prochain rendez-vous jogging du Challenge du Brabant wallon est à Gentinnes, le dimanche 17 avril à 11 heures. (Photo du dessus à Vieusart : Marc Fourmois ; photo du dessous à Oisquercq : Laurent Saublens.)

* * *

Soutenez le site Marathonien de coeur et d’esprit. Partagez l’article avec vos amis et connaissances et offrez le livre à un proche. Il est en stock !

Dans Chemin faisant, ses Carnets de route qui ont été publiés au début de l’an dernier, votre auteur joggeur et marathonien préféré met en avant une pratique récréative et conviviale de la course à pied sur route et à travers champs et bois.

Achetez ce livre paru en 2021 sur Amazon.fr ou directement chez l’éditeur en Belgique en cliquant sur le lien correspondant à votre choix.

Ce recueil de près de 200 pages consiste en un prologue en guise d’échauffement, 42 chapitres hauts en horizons divers et un épilogue en guise de retour au calme – comment aurait-il pu en être autrement ?

Tagué avec: , , ,
Posté dans Accomplissement de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*