Challenge de jogging du Brabant wallon sur les Crêtes ensoleillées de Lillois

Dans son essai « The Happy Life, The Search for Contentment in the Modern World » paru en 2011, l’écrivain australien David Malouf évoque la version, ni scientifique, ni religieuse, de la genèse selon Protagoras. Ce penseur, qui vécut dans la Grèce antique, au Ve siècle avant notre ère, racontait que Zeus, le dieu suprême dans la mythologie grecque, se déchargea de la tâche de la création sur le Titan Prométhée qui, à son tour, la délégua à son frère jumeau Epiméthée.

La tâche consistait à distribuer parmi les espèces animales les attributs leur permettant de vivre une vie pleine et accomplie et d’instaurer entre les espèces un équilibre qui tienne compte des différences de taille, de force, d’agressivité et protège chacune de toutes les autres dans leur rivalité pour le partage des ressources afin que le système tout entier fonctionne correctement.

Epiméthée se mit à l’ouvrage et distribua force plumes, fourrures, carapaces, crocs, griffes, pinces et tout le toutim, tant et si bien que lorsqu’il arriva à l’Homme, qu’il avait complètement oublié tout nu dans son coin, le sac à ruses fut vide. C’est là la différence entre les deux frères, Pro-méthée prévoit, Epi-méthée réfléchit après coup, et c’est donc Prométhée, fidèle à sa réputation de clairvoyance, qui trouvera la solution en incitant son frère, après que les dieux eurent pris en charge par Titan interposé les autres animaux de la création, à laisser l’Homme prendre soin de lui-même.

C’est ainsi qu’un jour l’Homme, soucieux de sa santé de coeur et d’esprit, créa la course à pied, puis le jogging, qui est la version de masse et parfois franchement festive de la précédente, puis le trail (prononcer « tra-ïl » pour faire encore plus trail), qui est une version plus élitaire, souvent plus onéreuse, de la recherche du contentement de soi en soi et en pleine nature, surtout quand il s’agit de faire l’ultra-tour d’un massif montagneux, enfin le triathlon, une sorte de transfiguration « aquaérienne » de soi en 3D.

Samedi à Lillois, lors de la troisième manche du Challenge de jogging du Brabant wallon 2019, il fut question de trail (certains avaient été rouler leurs bosses le matin dans le bois de la Houssière à Braine-le-Comte et d’autres songeaient déjà à l’été) et de triathlon (les vainqueurs du jour sur les 12,8 km à Lillois pratiquent tous les deux le triathlon), mais il fut, surtout, question de jogging, de happy life et de contentement de soi. Comment en serait-il autrement avec près de 1300 joggeurs lancés par crêtes et par vaux sous un ciel aussi ardent que le sont les dieux de l’Olympe et les G.O. de l’USBW ?

Le weekend prochain, le Challenge de jogging du Brabant wallon fera relâche. Place au Challenge Delhalle et au Cross de Bousval, ce dimanche 3 mars à 14 heures (sur 15-10-5 km). Qu’on se le dise !

* * *

Soyez automatiquement informé des prochains articles publiés concernant les plus grands marathons d’Europe et d’ailleurs, les événements et livres phares du jogging en vous abonnant au blog Marathonien de coeur et d’esprit via ce lien. C’est gratuit et vous pourrez à tout moment vous désabonner via le même lien.

Soutenez ce site en commandant le livre Marathonien de coeur et d’esprit au prix de 12,50 € (frais d’envoi compris à l’adresse de votre choix) via le lien surligné en rouge. (Les oeuvres rares ne se trouvent pas dans toutes les bonnes librairies!)

Avec Marathonien de coeur et d’esprit, carnets de route d’un périple marathonien européen, parcourez villes et campagnes et jetez un regard nomade sur le monde et notre société au travers de neuf grands marathons (Paris, Berlin, Rome, Madrid, Barcelone, Copenhague, Lisbonne, Siebengebirge et Las Palmas de Gran Canaria).

Suivez Marathonien de coeur et d’esprit sur Facebook et sur Twitter @Marathonience.

Tagué avec: , , , ,
Posté dans Accomplissement de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*