Berlin-Marathon 2019 : Bekele, superstar

Il s’en est fallu de 2 secondes. Le bon peuple n’a pas eu à s’esbaudir d’un nouveau record du monde de marathon, le dernier dimanche de septembre. Mais, ceux qui ont suivi le Berlin-Marathon sur la première chaîne de télévision publique allemande ont vu bien plus : l’un des plus fascinants exploits exécuté par l’un des plus fascinants athlètes de l’histoire de l’athlétisme mondial.

J’avais eu la chance de rencontrer Kenenisa Bekele dans son hôtel à la veille du Marathon de Berlin 2016 et avais été subjugué par son équanimité. Je l’avais vu établir le record du monde de 10 000 m à Bruxelles en 2005 (26:17:53) et j’avais admiré l’enchaînement d’une souplesse mécanique stupéfiante de ses longues et puissantes foulées. Ces aptitudes, sportives et mentales, dissimulent une volonté d’airain.

En ce dimanche du dernier Marathon de Berlin en date, ces traits caractéristiques de la personnalité de ce grand champion étaient éminemment présents. Après avoir ressenti une douleur aux ischio-jambiers et avoir dû se laisser distancer par ses deux derniers adversaires, Kenenisa Bekele remonta l’un et l’autre et refit la minute de retard qu’il accusait sur le schéma d’un nouveau record du monde dans les derniers kilomètres, à deux secondes près, brassant désespérément l’air et grimaçant à peine sous l’effort, le regard fixé sur le chrono, à l’approche de la banderole d’arrivée !

Au micro d’ARD, Bekele s’excusa de ne pas avoir battu le record du monde, mais il se réjouit d’avoir confondu ses détracteurs qui se demandaient ce qu’un triple champion olympique sur piste pouvait encore chercher comme surcroît de gloire sur le marathon. Son chrono à Berlin (2:01:41) constitue la meilleure performance mondiale de l’année et la seconde meilleure performance de tous les temps sur un marathon officiel.

A la question de savoir s’il participerait l’an prochain au marathon des Jeux Olympiques de Tokyo, Bekele répondit que la décision ne lui appartenait pas. A celle de savoir s’il était prêt à affronter le détenteur du record du monde officiel du marathon, Eliud Kipchoge, Bekele répondit qu’il était prêt et qu’il en serait ravi, « n’importe où et n’importe quand, bientôt ou plus tard ».

Derrière Kenenisa Bekele, Birhanu Legese (2:02:48, troisième chrono le plus rapide de l’histoire du marathon) et Sisay Lemma (nouveau record personnel de 2:03:36) complétèrent le podium, 100% éthiopien.

Du côté féminin, la victoire échut à l’Ethiopienne Ashete Bekere qui réalisa un record personnel de 2:20:14, le cinquième chrono féminin le plus rapide de l’année. L’ancienne championne du monde éthiopienne de marathon (Pékin 2015) Mare Dibaba termina à la deuxième place en 2:20:21. La Belge Nina Lauwaert s’adjugea une fort appréciable 10e place en 2:31:25.

Le prochain Marathon de Berlin aura lieu le dimanche 27 septembre 2019. (Photo : SCC Events – Norbert Wilhelmi)

* * *

Facebook ayant décidé sans raison apparente, ni explication, malgré plusieurs demandes, de bloquer le site Marathonien-coeur-esprit.com, il n’est plus possible à qui que ce soit d’envoyer un lien vers un quelconque article du site sur ce merveilleux réseau « social ». L’incitation à une pratique saine du sport et à la lecture y serait-elle considérée comme activité répréhensible ?

Pour recevoir directement un lien vers les articles de Marathonien-coeur-esprit.com dans votre boîte mail, veuillez vous abonner à la newsletter via l’onglet « Newsletter » sur le site ou en envoyer la demande à l’adresse de contact reprise sur le site (voir l’onglet « Contact »).

Merci d’inviter vos amis et connaissances à en faire de même ! Si cela ne vous intéressait plus, vous avez la possibilité de vous désabonner de la même manière qu’exposée ci-dessus.

Tagué avec: ,
Posté dans Dépassement de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*