Eifel-Marathon, Semi-Marathon et Ultra-Marathon – 17e édition (15.06.2014)

L’Eifel-Marathon se déroulait dimanche pour la 17e fois, dans le cadre du parc naturel à la frontière de l’Allemagne et du Grand-Duché du Luxembourg, au départ de Waxweiler, village de Rhénanie-Palatinat sis à environ 100 km de Liège (en empruntant l’E42 par Verviers, Malmedy et Sankt Vith) et à un peu plus de 200 km de Bruxelles. Le marathon avait attiré une centaine de participants en provenance de toute l’Allemagne et des pays limitrophes.

Figuraient aussi au programme de la journée un ultra-marathon sur 51,4 km qui avait aussi réuni une centaine de participants qui prirent le départ en même temps que les marathoniens à 9 heures et un semi-marathon dont les quelque deux cents participants furent conduits au départ en bus, au Schloss Hamm où se situait aussi la mi-marathon. Le château est proche du Stausee de Biersdorf am See, un lac artificiel s’étendant sur 40 ha à 10 km au nord-ouest de Bitburg. Cette bourgade de 13.000 habitants, jumelée avec Arlon, est célèbre pour sa bière blonde, la Bitburger, qui y est brassée depuis 1817 et est connue pour son slogan « Bitte ein Bit » (« une Bitburger, s’il vous plaît ! »), sponsor incontournable de l’Eifel-Marathon avec ses variétés à 0° d’alcool.

Les dénivelés étaient respectivement de 1600 m pour le marathon, 1700 pour l’ultra et 900 m pour le semi-marathon. Votre auteur marathonien favori avait opté pour le semi-marathon et décidé de se montrer raisonnable après un premier semestre 2014 déjà chargé (quatre marathons, un peu plus de trois feuilles du Trèfle à 4 et quelques semis) et avant un second semestre qui s’annonce d’ores et déjà prometteur (cette chronique y reviendra prochainement).

Le parcours du semi-marathon de l’Eifel était tracé presque entièrement en forêt (nul doute qu’il en était ainsi pour le marathon et l’ultra, la seule différence résidant en ce que les marathoniens et les ultra-marathoniens effectuaient une boucle complète à pied à partir de Waxweiler). L’on courait sur des chemins stabilisés, à l’abri de toute circulation et même du bruit. Si vous n’étiez pas accompagné de joggeurs essoufflés, vous entendiez les oiseaux chanter. N’est-ce pas merveilleux ? Les ravitaillements (eau de source, cola, fruits) et les épongeages se suivaient pratiquement tous les trois kilomètres, en plus du départ et de l’arrivée. Balisage et kilométrage (tous les kilomètres pour les trois courses) étaient irréprochables et les services de secours étaient présents tout au long du parcours.

Au moment de retirer leur dossard, les participants reçurent un sac de goodies (boissons, bonbons et onguents), un bon de participation à la pasta party (pour autant qu’ils soient arrivés la veille des courses) ainsi qu’une médaille à l’arrivée. Pour ceux dont la garde-robe devait être renouvelée, un T-shirt souvenir se vendait 20 €. Le droit de participation s’élevait à 30 € pour le marathon et l’ultra, à 15€ pour le semi-marathon. (Marathonien de coeur et d’esprit avait été invité.) Si votre compagne ou compagnon n’était pas féru de marathon quelle qu’en soit la dimension, les organisateurs proposaient aussi un Fitness Lauf ou une marche nordique sur un parcours de 10 km.

Marathonien de coeur et d’esprit faisait allusion dans le chapitre consacré au marathon-nature de Siebenbegirge de 2011 à l’escapade de ces amis belges qui, marathoniens et semi-marathoniens, s’étaient déclarés ravis de leur déplacement en Allemagne après avoir visité sur le chemin du retour le marché de Noël de Cologne. L’Eifel-Marathon vous offre de même l’occasion de vous changer du traintrain, mais cette fois à la fin du printemps plutôt qu’à celle de l’automne, de parcourir le superbe parc naturel de l’Eifel, de préférence en groupe pour éviter les kilomètres en solitaire, et, si vous avez l’âme aventureuse, de découvrir la cuisine croate au restaurant « Zagreb » à Bitburg en y dégustant la bière locale au fût ou un carafon de plavac (vin rouge croate), à moins que vous ne préfériez la cuisine italienne ou mexicaine.

Ce sont des Belges, Luc Dirckx (3:39:14) et Hilde Geerts (5:05:29), tous deux de l’AC Lyra, qui s’imposèrent chez les hommes et chez les femmes dans l’ultra-marathon.

La 18e édition de l’Eifel-Marathon aura lieu le 14 juin 2015.

* * *

Les plus beaux  joggings de Belgique et les plus grands marathons d’Europe : soyez automatiquement informé des prochains articles publiés en vous abonnant au blog Marathonien de coeur et d’esprit via ce lien. C’est gratuit et vous pourrez à tout moment vous désabonner.

Avec Marathonien de coeur et d’esprit, carnets de route d’un périple marathonien européen, parcourez villes et campagnes et jetez un regard nomade sur le monde et notre société au travers de neuf grands marathons (Paris, Berlin, Rome, Madrid, Barcelone, Copenhague, Lisbonne, Siebengebirge et Las Palmas de Gran Canaria).

Soutenez l’art et les lettres belges et apportez votre soutien à ce site en commandant le livre, imprimé en France, au prix modique de 12,50 € (frais d’envoi compris à l’adresse de votre choix) via le lien surligné en rouge. (Les oeuvres rares ne se trouvent pas dans toutes les bonnes librairies!)

Suivez aussi Marathonien de coeur et d’esprit sur Twitter @Marathonience.

 

Tagué avec: ,
Posté dans Accomplissement de soi
1 Commentaire » pour Eifel-Marathon, Semi-Marathon et Ultra-Marathon – 17e édition (15.06.2014)
  1. Catherine dit :

    Je cours donc je suis – CQFD…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*