Frank Van Rycke, marathonien de coeur et d’esprit

« Quand j’étais enfant », raconte Frank van Rycke, « je terminais presque toujours dernier dans les courses à pied ». A force de travail et d’abnégation, il est devenu marathonien. « Combien de marathoniens de moins de 25 ans, parfait trilingues comme lui, y avaient-ils en Belgique ? », s’interroge-t-il. Pas beaucoup. Combien d’entre eux avaient réussi des études universitaires sans jamais avoir dû se présenter en seconde session ? Encore moins. Sans doute était-il même le seul !

C’est dans cet esprit, avec cette conviction de ce qu’il était unique, le champion de sa catégorie, qu’il s’est lancé dans l’aventure de l’existence avec pour objectif de gagner son indépendance économique en dix ans. C’est l’objet d’un livre, Faire fortune en 10 ans, récemment paru en français après que la version en néerlandais (parue l’an dernier sous le titre In 10 jaar binnen) ait connu un gros succès en librairie.

La motivation de l’auteur de « se mettre à l’abri » résultait d’un ardent désir de liberté. « La société dans laquelle nous vivons nous impose des comportements stéréotypés. Si tout le monde fait la même chose, l’ensemble est plus facile à contrôler, à gérer, à diriger », relève Van Rycke qui précise qu’il n’adhère nullement à cette institutionnalisation de l’individu. Prendre en mains sa propre vie et en définir le cours, voilà quel était son projet.

Le livre expose ce qu’il faut entendre par « faire fortune » (« se mettre à l’abri » serait plus judicieux). Les conditions n’en sont pas les mêmes pour chacun car les besoins et la situation de chacun sont différents. Il explique aussi comment il faut s’y prendre pour y arriver. Premier précepte, « consommez moins ». L’on n’échappe pas à la discipline budgétaire : qui entend se constituer un patrimoine doit dépenser moins que ce qu’il ne gagne !

Pratiquant un contrôle budgétaire strict du ménage et ayant constaté que la valeur de leur maison d’habitation avait considérablement augmenté alors qu’ils avaient déjà remboursé une grande partie de l’emprunt y afférent, Van Rycke et son épouse conçurent le projet d’investir leur épargne dans l’achat d’une seconde maison dans l’idée que les loyers de cette seconde maison s’ajouteraient à leurs revenus une fois que le prêt nécessaire à l’achat serait remboursé. C’est finalement ainsi que leur vint l’idée d’acheter une maison par an pendant 10 ans et de « se mettre à l’abri » de cette façon. Ils ont exécuté ce plan avec succès et le livre en est une conséquence.

Ses aventures immobilières et ses astuces de négociation, ses succès parsemés d’erreurs et de déconvenues, Frank Van Rycke les décrit en détail dans Faire fortune en 10 ans. S’en dégagent quelques principes et concepts directeurs, résultats du bon sens ou de l’expérience, comme ceux de la possession de sa propre maison, du kilomètre carré en or, de la mise hors jeu du courtier à moins que ce dernier ne s’avère d’une valeur ajoutée irréfutable, de l’absence de crainte à l’égard des banquiers.

Il y a toutefois, reconnaît l’auteur, pour toute personne entreprenante, d’autres méthodes pour se mettre à l’abri. Créer sa propre entreprise est en une, pas évidente pour quelqu’un comme lui qui ne fut pas élevé dans une famille d’entrepreneurs, son père étant maçon et sa mère femme au foyer. (Leur fils leur rend toutefois hommage, pour les connaissances paternelles en matière de rénovation de bâtiments et les talents maternels en matière de marchandage.) Au travers de ses expériences personnelles et de celles d’amis et connaissances, Van Rycke insiste sur le fait qu’entreprendre exige courage et abnégation. Il répète ce conseil d’un ancien employeur : trouvez un nouveau produit pour un marché existant ou un nouveau marché pour un produit existant et ne vous lancez pas dans de folles dépenses. Suit une échelle de mesure en six points du potentiel d’un projet d’entreprise avec une attention particulière accordée aux « effets de levier ».

En guise de conclusion de cet ouvrage sérieux à tous égards, truffé d’anecdotes et d’exemples, de conseils et de mises en garde, ouvrage pour la confection duquel l’auteur s’est entouré de toute une équipe, Frank Van Rycke a recours au marathon comme métaphore de l’effort à fournir pour atteindre l’objectif évoqué par le titre du livre. Courir un marathon et gagner son indépendance économique en dix ans constituent des objectifs parfaitement réalisables. Le plus dur, a fortiori si l’on n’a jamais été sportif, est d’enfiler ses chaussures pour le premier entraînement. A ce moment-là, l’on peut se trouver des tas d’excuses pour faire autre chose que de se mettre à courir.

Une fois lancé, tenir le coup deviendra la clef du succès. Il pousse l’analogie avec le marathon jusqu’à parler d’un sentiment de plénitude et de fierté grandissant au fur et à mesure que l’on se rapproche de la ligne d’arrivée. « Rien n’est comparable, écrit-il, à la satisfaction et à la joie que l’on peut éprouver lors de l’aboutissement d’un grand projet. »

Le thème de l’accomplissement de soi avait été abordé sous forme d’incantation (« deviens qui tu es ; fais ce que toi seul peux faire ») et de revendication de la liberté individuelle, du sens de l’initiative, de la responsabilité personnelle et de la destinée unique dans l’épilogue de Marathonien de coeur et d’esprit. Dans Faire fortune en 10 ans, Frank Van Rycke propose une méthode concrète et pratique, pas à pas, pour y arriver.

* * *

Pour commander Faire fortune en 10 ans, cliquez sur le lien.

Pour commander Marathonien de coeur et d’esprit, cliquez sur le lien.

Pour lire d’autres recensions marathoniennes sur ce blog, cliquez sur les liens suivants:

Haruki Murakami, Autoportrait de l’auteur en coureur de fond

Guillaume le Blanc, Courir : Méditations physiques

Suivez aussi Marathonien de coeur et d’esprit sur Twitter @Marathonience.

 .

Tagué avec:
Posté dans Accomplissement de soi
1 Commentaire » pour Frank Van Rycke, marathonien de coeur et d’esprit
  1. Olivier dit :

    J’ai eu des frissons à la lecture de ce billet. Un regard clairvoyant et bienveillant, simple mais pourtant très éclairé. Bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*