Marathon Nature de La Roche-en-Ardenne (09.06.2013)

Avertissement (disclaimer, écriraient les Anglais) : 1) Marathonien de coeur et d’esprit avait été invité au Marathon de La Roche-en-Ardenne, ce qui est une bonne raison pour ne pas raconter n’importe quoi. 2) Marathonien de coeur et d’esprit n’aime pas la pluie. (Que les lecteurs du livre relisent le chapitre consacré au Marathon de Berlin. Pour ceux qui n’ont pas encore le livre, il n’est pas trop tard mais il est temps de le commander via ce lien.) 3) Marathonien de coeur et d’esprit n’aime pas courir seul. (Relisez les neuf chapitres que le livre consacre à autant de grands marathons européens et, si vous n’êtes toujours pas édifié, abandonnez la lecture et regardez plutôt Disney Channel à la télévision.)

Quand, dimanche à La Roche-en-Ardenne, au sortir des bois vers le km 8 avant d’attaquer un tronçon complètement à découvert sur plusieurs kilomètres de tarmac, la pluie se mit à tomber dru (ce n’est pas une périphrase, ni une métaphore, eût ajouté Michel Audiard, c’est un euphémisme!), Marathonien de coeur et d’esprit se douta que la matinée commencée très tôt pour un jour de Fête des Pères (avec un lever vers 5 heures 45) serait longue. Elle finit par déborder, comme tout le reste, largement dans l’après-midi.

Il n’arrêta plus de pleuvoir. Après s’être abrité un moment sous le hayon d’un break au ravitaillement du km 8 et avoir perdu de vue tous les autres concurrents, Marathonien de coeur et d’esprit enfila un poncho de pluie que lui céda aimablement l’une des bénévoles et reprit la route pour les trente-quatre kilomètres restants qu’il parcourut sans pratiquement voir la moindre âme à l’horizon.

Laisser son humeur pervertir son jugement serait toutefois injuste à l’égard des organisateurs car la météo est bien le seul élément sur lequel ils n’exercent aucun contrôle.

Voici donc sur base de nos cinq critères habituels une appréciation aussi objective que possible et inévitablement toute relative du Marathon Nature de La Roche-en-Ardenne :

Organisation (16/20)

Le Marathon Nature de la Roche-en-Ardenne dispose d’un site Internet fort complet vous présentant le programme de la journée et vous permettant de vous inscrire via Chronorace.be qui assurait le chronométrage (départ, mi-course et arrivée). C’est un gage de qualité. Quelques ronchons trouvèrent le temps long au moment de retirer la puce électronique du jour contre une caution de 10 € mais qu’est-ce qu’un quart d’heure de retard par rapport à l’heure annoncée pour le départ groupé des marathoniens, semi-marathoniens et coureurs du trail alors que bientôt les compagnies aériennes pourront en accuser plusieurs heures sans devoir indemniser leurs passagers ?

Les marathoniens bénéficiaient de ravitaillements bien fournis (en eau, boisson énergétique, biscuits salés et sucrés, oranges et bananes) tous les cinq kilomètres. Les bénévoles bravaient de leur mieux la pluie, s’ingéniant à en protéger leurs provisions avec les moyens du bord et vous accueillant avec bonhomie et prévenance. A l’arrivée, des douches chaudes étaient mises à la disposition des coureurs dans le centre sportif.

Le droit de participation au Marathon Nature de La Roche-en-Ardenne s’élevait à 15 € jusqu’au 01.05.2013, à 18 € jusqu’au 04.06.2013 et à 22 € les 8 et 9 juin 2013. Marathonien de coeur et d’esprit avait été invité par la Maison du Tourisme Houffalize-La Roche-en-Ardenne.

Parcours (17/20)

Le Marathon Nature de la Roche-en-Ardenne se nomme aussi Marathon Nature Au Coeur de l’Ardenne. C’était exactement cela : vous courriez en pleine nature, au coeur de l’Ardenne sublime. Le parcours présentait une dénivellation positive de 850 mètres et empruntait des chemins de terre et des sentiers sur plus de sa moitié, de pittoresques routes secondaires sur le reste de la distance avec une boucle d’environ deux kilomètres dans la ville et le long de l’Ourthe pour en terminer. Le mesurage avait été effectué suivant les règles de l’IAAF (l’Association internationale des fédérations d’athlétisme).

Le parcours était remarquablement bien fléché et des signaleurs officiaient aux endroits cruciaux (à hauteur de carrefours et pour la traversée de routes, par exemple).

Ambiance (14/20)

« C’est d’âme qu’il faut changer, non de climat », écrivait Senèque dans une lettre à Lucillius. Courir seul trente-quatre kilomètres sous la pluie en vous réjouissant des ravitaillements pour faire un brin de causette avec les bénévoles de service vous forge l’âme assurément plus que ne le ferait un soleil éclatant.

126 coureurs s’étaient inscrits pour le marathon, 10 manquèrent au départ et 115 furent classés. Luc Dirckx s’imposa en 2 h 58 min 29 s chez les hommes, Katrien Buysse en 3 h 49 min 49 s chez les femmes. Kyra Le Jack (Russel Terrier et désormais marathonien) termina son premier marathon en 4 h 47 min 13 s. (Il y avait 149 inscrits pour le trail de 35 kilomètres, que certains terminèrent détrempés et couverts de boue après sept heures de folle randonnée – gloire à eux ! – et 392 inscrits pour le semi-marathon.)

Les marathoniens provenaient d’horizons divers (Pays-Bas, République tchèque, Laos, Allemagne, Danemark, Italie ainsi que de nos multiples régions et communautés, arrondissements et paroisses), prouvant que la notoriété de l’événement dépasse largement les frontières. Que l’on permette néanmoins à l’auteur de ces lignes de formuler ci-dessous quelques modestes suggestions afin d’augmenter le nombre de concurrents et de lui éviter ainsi qu’à d’autres de courir esseulés.

Dans Positioning : the Battle for your Mind (publié en 1981 et considéré comme un ouvrage majeur du marketing encore de nos jours), Al Ries et Jack Trout avançaient que « the best approach to take in our overcommunicated society is the oversimplified message ». Partant de là, le Marathon Nature de La Roche-en-Ardenne a plusieurs options : se positionner clairement comme « marathon nature » en abandonnant l’appellation « boucles » ainsi que le trail qui fait double emploi (le marathon nature n’est-il pas déjà suffisamment un trail pour les amateurs ?), réaliser un jumelage avec un marathon nature à l’étranger (viennent à l’esprit le Rursee Marathon à Simmerath et le Siebengebirgsmarathon à Aegidienberg qui attirent, l’un en novembre et l’autre en décembre, plusieurs centaines de marathoniens et qui sont proches de la frontière belge) et s’intégrer dans un challenge (ici, c’est le Delhalle qui s’impose, lui qui s’est repositionné comme « challenge des courses nature » et qui ne dispose plus d’un marathon à son programme depuis la disparition du Marathon de Huy. Sur le plan de l’organisation, avec le chronométrage Chronorace en place, le Marathon Nature de La Roche-en-Ardenne remplit, semble-t-il, tous les critères de qualité du Challenge Delhalle.). Rien n’empêcherait de conserver le « semi » voire de lui substituer un « 10 Miles » (c’est d’ailleurs ainsi que procèdent les deux organisations allemandes citées) et de l’inscrire au programme d’un autre challenge, le Challenge Famenne-Ardenne par exemple.

Accessibilité (15/20)

Sous ce titre sont évalués les aspects logistiques et pécuniaires (déplacement, hôtels, coûts).

Grâce à sa proximité avec l’E25 et la Nationale 4, La Roche-en-Ardenne est aisément accessible en voiture au départ d’une vaste zone géographique allant au travers de la Flandre de Lille à Eindhoven et jusqu’à la région de la Ruhr et redescendant la vallée de la Moselle jusqu’au Grand-Duché et à la Lorraine. Personne ne semblait avoir éprouvé la moindre difficulté à garer sa voiture dimanche. Pour élargir sa « zone de chalandise », le Marathon Nature de La Roche-en-Ardenne devrait mettre en valeur l’infrastructure hôtelière et les possibilités de camping sur place. A l’heure où beaucoup aspirent à fuir les pollutions de la vie citadine et à se rapprocher de la nature, un marathon nature où l’on n’entend la plupart du temps que le chant des oiseaux ou le bouillonnement des cours d’eau dans une région à nulle autre pareille devrait emporter l’adhésion des plus indécis.

Destination (14/20)

La Roche-en-Ardenne s’intègre dans la vallée de l’Ourthe qui y parcourt une distance de 38 km et dans les vallées secondaires qui abritent 50 km de ruisseaux. D’une superficie de 147,5 km2, la commune est couverte à plus de 90% de forêts et de terres agricoles et affiche une densité de moins de 30 habitants par km2. Il n’est donc guère étonnant que la proximité de toute cette nature sauvage et enchanteresse ait suscité la construction de plusieurs centaines d’habitations secondaires et attire un important afflux de touristes. Plusieurs biens y sont en vente, du chalet à 68.000 € au château à 998.000 €. Le Marathon Nature procure une belle occasion de faire du repérage.

Sur La Roche-en-Ardenne même et dans un rayon d’une quinzaine de kilomètres, vous trouverez une demi-douzaine de restaurants distingués par le Guide Michelin pour la qualité de leur table, leur charme et leur sélection de vins. Bref, si vous faites partie des marathoniens gastronomes amoureux de la nature, n’hésitez pas à réserver une chambre dans l’un des trente établissements listés par Booking.com sur La Roche-en-Ardenne. La destination vaut le voyage.

Obtenant un score général de 76/100, le Marathon Nature de La Roche-en-Ardenne obtient son certificat Marathonien de coeur et d’esprit avec la mention distinction.

Retrouvez désormais aussi Marathonien de coeur et d’esprit sur Twitter @marathonience..

Tagué avec: ,
Posté dans Accomplissement de soi
1 Commentaire » pour Marathon Nature de La Roche-en-Ardenne (09.06.2013)
  1. Jacqmin dit :

    Très chouette ton papier. J’essaye de venir samedi à Habay-la-Neuve. Avec Kyra, bien remise de son premier marathon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*