Marathon de Barcelone 2017 : Post-scriptum

La 39e édition du plus ancien et plus grand marathon d’Espagne qui s’est déroulé dimanche dans les rues de la capitale catalane laissera un beau souvenir aux « tortues » néo-louvanistes du JAMES qui l’ont toutes terminé à l’exception de leur coach, contraint à l’abandon, ce qui peut paraitre un comble mais prouve simplement que même sans être la proie du doute, l’on peut être victime des aléas de la course. Il a toutefois rassuré ses troupes. Rien de grave. A quand le prochain, Eddy ?

Voici, en guise de post-scriptum, une évaluation du Marathon de Barcelone 2017 suivant les cinq critères habituels que cette chronique marathonienne prend en considération.

Organisation

Label de bronze de l’IAAF (fédération internationale d’athlétisme) pour les courses sur route, le Marathon de Barcelone s’appuie sur une organisation solide. Le site Internet multilingue pour les inscriptions favorise une forte participation étrangère (50%), notamment en provenance de la France (près de 20% du peloton), de la Grande-Bretagne (1132 finishers), de l’Italie (641) ainsi que des Etats-Unis (161) et du Japon (110). Le centre névralgique de l’événement se situe à la place d’Espagne où, le dimanche, se donne le départ et se juge l’arrivée du marathon et, les deux jours précédents, dans le bâtiment de la foire, se déroulent un salon des sports bien achalandé (en marchandises et en visiteurs) et la remise des dossards (munis de puces électroniques). Les temps intermédiaires sont pris tous les cinq kilomètres et à la mi-course.  (20/20)

Parcours

Le Marathon de Barcelone est entièrement urbain et passe par la plupart des lieux emblématiques de la ville. Le seul reproche que l’on pourrait lui adresser est qu’il n’est pas à l’abri du trafic. La ville de Barcelone envisage de bannir les véhicules âgés, les plus polluants, mais ce n’est pas encore le cas. (18/20)

Ambiance

Près de 20.000 marathoniens qui envahissent une ville, ce n’est pas triste. Le nombre de spectateurs le long du parcours du Marathon de Barcelone n’est peut-être pas encore à la hauteur de ceux de Paris, Londres ou Berlin mais rares étaient les lieux de passage dont le public était absent et, par endroits, notamment autour de la place d’Espagne pour l’arrivée, il y avait la toute grande foule. De nombreux groupes musicaux contribuèrent à entretenir la liesse populaire autant que la cadence sportive. 16.359 champions ont franchi la ligne d’arrivée. (19/20)

Accessibilité

Si vous êtes soucieux de votre empreinte écologique ou si les voyages aériens vous rendent anxieux, vous pouvez à présent préférer le train à l’avion pour vous déplacer à Barcelone. En gare de Sants à Barcelone, les TGV français (en provenance ou à destination de la Gare de Lyon à Paris) côtoient les TGV espagnols (à destination de Madrid). S’il vous en coûte trop de temps ou d’argent de voyager en train, choisissez l’avion : les compagnies à bas prix atterrissent à l’aéroport international de Barcelone et elles rivalisent d’offres intéressantes à condition de s’y prendre au bon moment. (20/20)

Destination

Qui ne trouve son compte à Barcelone (au propre comme au figuré) doit souffrir de misanthropie ou de sédentarisme aigu. Barcelone est une ville qui vibre et si vraiment rien de sa richesse culturelle et architecturale ne vous attire, allez à la playa. En mars, il y fait déjà beau et chaud. Le spectacle et l’animation y sont permanents. (20/20)

Avec une cote globale de 97/100, le Marathon de Barcelone obtient la plus grande distinction et se range parmi les préférés de cette chronique marathonienne. Il est, en outre, tout indiqué pour une sortie de club ou/et un premier marathon. Le JAMES néo-louvaniste en constitue la preuve : ils étaient plus de 50 membres de ce club entreprenant à courir le Marathon de Barcelone et dix d’entre eux étaient des néophytes sur la distance. Quant à votre auteur-blogueur marathonien préféré, c’était son 63e marathon officiel et sa première participation à ce marathon depuis celle qui fit l’objet d’un chapitre du livre Marathonien de coeur et d’esprit. (Pour acheter le livre, voyez ci-dessous!)

* * *

Soyez automatiquement informé des prochains articles publiés concernant les plus grands marathons d’Europe et d’ailleurs, les événements et livres phares du jogging en vous abonnant au blog Marathonien de coeur et d’esprit via ce lien. C’est gratuit et vous pourrez à tout moment vous désabonner.

Soutenez ce site en commandant le livre Marathonien de coeur et d’esprit au prix de 12,50 € (frais d’envoi compris à l’adresse de votre choix) via le lien surligné en rouge. (Les oeuvres rares ne se trouvent pas dans toutes les bonnes librairies!)

Avec Marathonien de coeur et d’esprit, carnets de route d’un périple marathonien européen, parcourez villes et campagnes et jetez un regard nomade sur le monde et notre société au travers de neuf grands marathons (Paris, Berlin, Rome, Madrid, Barcelone, Copenhague, Lisbonne, Siebengebirge et Las Palmas de Gran Canaria).

Suivez Marathonien de coeur et d’esprit sur Facebook et sur Twitter @Marathonience.

Tagué avec: , ,
Posté dans Accomplissement de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*