Challenge Hesbignon à Waremme – La WAC’remmienne (23.09.2012)

Mercredi 10 heures 15. Marseille. Le vol en provenance de Charleroi atterrit sans encombre, après avoir été un peu balloté lors de son approche finale par un vent soutenu ayant obligé le pilote à rectifier plusieurs fois la trajectoire de l’appareil. Le Boeing 737-800 de la compagnie irlandaise à bas prix était bondé. Les passagers ne tenaient manifestement pas rigueur à la compagnie des propos parfois outranciers de son inénarrable Directeur Général, ni du fait, relaté par la presse, que les réservoirs de ses avions ne seraient pas suffisamment remplis lorsque ces derniers sont détournés de leur destination prévue en raison de circonstances imprévisibles comme ce fut récemment le cas à Madrid. S’il subsistait le moindre soupçon de rancune, le soleil qui inondait le tarmac le dissipa.

Belle bouillabaisse

Dans cette métropole cataloguée par un magazine français comme la « ville perdue de France » en raison des règlements de compte meurtriers qui y ont émaillé ces dernières semaines, pouvait commencer, par 30° C, une journée de rendez-vous ponctués de déplacements en taxi, métro et tram pour les uns, de farniente estival pour les plus heureux. Les ASICS Racer étaient cette fois restées à la maison. En lieu et place d’une séance d’entraînement autour du Vieux Port avait été programmée une bouillabaisse. Ah ! voilà une belle idée pour la création d’un restaurant chic et choc au bord du Bocq (ou du Geer ou d’une autre rivière, il va sans dire). L’on ferait venir le congre, la vive, la rascasse et le grondin directement du marché de Rungis dans la journée pour servir le soir avec un vin nerveux de Cassis ! Si quelqu’un connaît une adresse, qu’il se manifeste ici! Avouez que cela changerait du traditionnel pain-saucisse moutarde-ketchup arrosé d’une Leffe ou d’une Kriek !

Dimanche 10 heures 15. Waremme. Le relief et la température ont changé. Le WAC (Waremme Amis Courses) proposait pour la deuxième édition de son épreuve comptant pour le Challenge Hesbignon, un parcours essentiellement plat de dix kilomètres, propice à la performance chronométrique. A cet égard et sur ce type de parcours, il n’y a pas vraiment d’autre tactique que de partir vite, tenir bon et terminer fort.

Belle WAC'remmienne

La température avoisinait les 10° C lorsque les participants débarquèrent de leurs voitures. Ces derniers étaient en bon nombre et ne tenaient manifestement pas rigueur aux organisateurs du Challenge Hesbignon de ce que l’eau bouillait à Villers-le-Bouillet ou de ce qu’ils aient failli se faire trucider lors du jogging des Biwacks à Petit-Waret ! Courageux mais pas téméraires, certains joggeurs crurent toutefois opportun, au moment du départ, de se renseigner sur la présence de gardes-forestiers dans le parc traversé du 5ème au 7ème kilomètre. Le maître de cérémonie du jour les rassura sur la sérénité de l’endroit et assura pour le reste une organisation irréprochable à cette épreuve dont l’arrivée se jugeait à l’intérieur même du centre sportif de Waremme où les concurrents bénéficiaient de vestiaires et de douches chaudes.

Si vous aimez cet article, recommandez-le à vos amis sur les réseaux sociaux. Vous pouvez commander le livre Marathonien de coeur et d’esprit directement via ce site en double-cliquant ici. Le livre vous sera envoyé par la poste. Les frais d’envoi vous sont offerts.

 .

Tagué avec:
Posté dans Accomplissement de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*