Koen Naert, marathonien de coeur et d’esprit

Le 13 juin dernier, Anne-Sophie Lapix, présentatrice du journal télévisé de 20 heures sur France 2, ouvrit un sujet sur le football et l’argent à la veille de l’ouverture de la dernière Coupe du monde, en Russie, par cette boutade : « On va pouvoir regarder des milliardaires courir après un ballon! ». La riposte des fans de foot et autres frustrés de la planète sur les réseaux sociaux avait été cinglante. Devant un tsunami de critiques, la journaliste s’était sentie obligée de présenter ses plus plates excuses.

Dans sa recension, publiée le 28 mai 2016, deux ans avant les faits rapportés ci-dessus, de Leading, un livre d’Alex Ferguson, le coach légendaire de Manchester United, Palingenesie.com s’était déjà étonné de cette fascination inaltérable à l’égard du monde du foot en ces temps de médiatisation exacerbée des inégalités sociales.

En élisant un footballeur, fût-il le capitaine de l’équipe nationale, troisième de la Coupe du monde, comme sportif belge de l’année à titre individuel, les membres de l’Association professionnelle belge des journalistes sportifs n’ont-ils pas eux aussi sacrifié à l’engouement aveugle pour le sport showbiz ?

La devise d’un sport d’équipe n’est-elle pourtant pas « on gagne ensemble, on perd ensemble » ? Le choix d’un footballeur comme sportif de l’année à titre individuel a-t-il dès lors été dicté par le fait que l’équipe nationale belge de hockey, lauréate de la Coupe du monde masculine sur gazon 2018, paraissait incontournable pour le titre d’« équipe belge de l’année » ?

Comme l’a déclaré le triathlète Marten Van Riel sur Instagram, un footballeur professionnel à plein temps ne perdra pas un seul instant le sommeil de ce qu’il a gagné ou perdu le trophée de « meilleur sportif belge de l’année ». Pour un athlète d’une discipline sportive moins médiatisée, par contre, ça fait une énorme différence sur le plan de la notoriété et celui des aides financières qu’il peut espérer pour simplement poursuivre sa carrière sportive.

Loin de porter un jugement sur la valeur de l’heureux élu et des autres candidats en lice, sans doute sommes-nous toutefois nombreux à regretter que les journalistes professionnels sportifs belges et les autres membres du jury aient manqué de discernement et n’aient pas élu comme sportif belge de l’année le champion d’Europe 2018 de marathon, Koen Naert.

C’eût été, aux côtés de la gymnaste, sportive belge de l’année, Nina Derwael, championne du monde 2018 aux barres asymétriques, le choix de l’excellence.

Bonne année 2019 à toutes et à tous !

(Photos : Pages Facebook Koen Naert – Nina Derwael)

* * *

Soyez automatiquement informé des prochains articles publiés concernant les plus grands marathons d’Europe et d’ailleurs, les événements et livres phares du jogging en vous abonnant au blog Marathonien de coeur et d’esprit via ce lien. C’est gratuit et vous pourrez à tout moment vous désabonner via le même lien.

Soutenez ce site en commandant le livre Marathonien de coeur et d’esprit au prix de 12,50 € (frais d’envoi compris à l’adresse de votre choix) via le lien surligné en rouge. (Les oeuvres rares ne se trouvent pas dans toutes les bonnes librairies!)

Avec Marathonien de coeur et d’esprit, carnets de route d’un périple marathonien européen, parcourez villes et campagnes et jetez un regard nomade sur le monde et notre société au travers de neuf grands marathons (Paris, Berlin, Rome, Madrid, Barcelone, Copenhague, Lisbonne, Siebengebirge et Las Palmas de Gran Canaria).

Suivez Marathonien de coeur et d’esprit sur Facebook et sur Twitter @Marathonience.

Tagué avec: , , ,
Posté dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*