Challenge Delhalle à Habay-la-Neuve – Les Forges de la Forêt d’Anlier (15.06.2013)

« La vie est une maladie héréditaire, sexuellement transmissible, incurable et mortelle », écrivit le philosophe français André Comte-Sponville en paraphrasant Woody Allen. Autant vivre dangereusement, eût conseillé Nietzsche dont les lecteurs de Marathonien de coeur et d’esprit savent combien la pensée du philosophe allemand – « Deviens qui tu es ! » – nous est proche. N’est-ce pas pourtant ici l’Ecclésiaste qui nous fournit la réponse à la question « Quel avantage l’homme retire-t-il de toute la peine qu’il se donne sous le soleil ? » en nous disant « Allons, essaie la joie et tu goûteras au bonheur ! » ou mieux encore « Je fais l’éloge de la joie car il n’y a de bonheur pour l’homme que dans le manger, le boire et le plaisir qu’il prend… »

Joie, bonheur, boire, manger et plaisir, goût de vivre tout simplement, étaient au programme des plus de 1 500 joggeurs qui prirent le départ des « Forges » (19,2 km, comptant pour le Challenge Delhalle) et « Mini-Forges » (7 km) de la magnifique Forêt d’Anlier, l’une des plus grandes de Belgique, samedi à Habay-la-Neuve. La joie présida l’événement dès le départ : la météo, si elle n’était pas d’un bleu radieux et menaçait de quelques épais nuages noirs, épargna finalement le peloton des averses de grêle et de pluie qui s’étaient abattues sur lui lors des deux précédentes éditions.

Le bonheur s’installa dès après la traversée du Château du Pont d’Oye lorsque l’on pénétrait dans les bois constitués de feuillus (chênes rouvres et pédonculés, hêtres, érables, charmes, sycomores) et de résineux (épicéas et sapins), parcourus de ruisseaux et habités, même en dehors de la présence du Challenge Delhalle, par une faune variée (sangliers, cerfs, chevreuils, martes, hermines, belettes ainsi que diverses espèces d’oiseaux) qui y trouve une nourriture abondante.

Les coureurs eux aussi trouvèrent à s’y sustenter. En effet, les ravitaillements se succédaient tous les 3,5 km et s’y ajoutaient à partir du 11ème (au-delà de la côte d’un kilomètre où se déroulait le Grand Prix de la Montagne) les dégustations de produits du terroir (Rulles, Ste-Hélène, Mille-Vertus et Orval).

Le parcours des 19,2 km, agrémenté de la présence de plusieurs ensembles musicaux et de nombreux spectateurs, notamment au sommet de la côte du 11ème kilomètre, fit comme d’habitude l’unanimité parmi les participants, ravis d’y retrouver le pépiement des oiseaux et la sérénité sur des chemins dégagés et bien signalés – grâce en soit rendue à tous les bénévoles !

Boire, manger et plaisir encore figuraient au menu de l’après-course et de ceux qui, après avoir ou non fait trempette gratuite dans la piscine communale, assistèrent à la remise des prix et des somptueux lots de la tombola ainsi qu’à une première exhibition haute en couleur de danseuses nancéiennes. L’on partagea par la suite le repas du soir arrosé comme il se doit de produits de divers terroirs. Ce fut l’Orval pour tous ceux qui profitèrent d’être en Gaume pour déguster ce produit raffiné désormais absent des grandes surfaces, le vin pour les Médocains et tribus apparentées, le cognac pour les Jarnacais, en pleine verticale de la production régionale de ces dernières décennies au travers de tant d’appellations, d’assemblages et de millésimes.

C’est que les Forges de la Forêt d’Anlier font partie des dix courses festives « au goût des saveurs du terroir » du Challenge de la Convivialité qui réunit, en outre, le Marathon de Cheverny, la Pastourelle de Salers, la Champenoise, le Marathon du Finistère – La Transléonarde à Guisseny (département 29 – dimanche 30 juin 2013), la Caldénacienne à Chaudeney sur Moselle (département 54 – 10 km et semi-marathon – dimanche 1er septembre 2013), le Marathon des Châteaux du Médoc à Pauillac (samedi 7 septembre 2013), la Ronde Cérétane (département 66 – 20 km – dimanche 15 septembre 2013), le Marathon de Provence Lubéron (aussi semi-marathon, marathon trio et 10 km – dimanche 6 octobre 2013) et, last but not least à en voir l’enthousiasme festif, communicatif et débordant de ses représentants à Habay-la-Neuve, le Marathon du Cognac à Jarnac (aussi semi-marathon et 10 km – inscrivez ce rendez-vous incontournable du samedi 9 novembre 2013 à votre agenda).

Que tout le monde, à quelques rares exceptions près, se retrouva sur la piste de danse, confondant nombre de kilomètres parcourus et degré de saveur des produits du terroir dégustés, n’étonnera personne. L’orchestre était d’ailleurs excellent et son répertoire, au goût d’un public qui, déjà en état d’ébullition, ne tarda pas à entrer en fusion. Le goût de vivre tout simplement, vous disait-on. La prochaine fois, les amis, réservez votre repas à l’avance !

« Tout est en mouvement, plus qu’on ne peut le dire », disait encore l’Ecclésiaste. « L’oeil ne sera jamais rassasié de voir et l’oreille ne sera jamais remplie au point de ne plus pouvoir écouter. » L’on en eût oublié de signaler que le régional de cette étape du Challenge Delhalle, Jonathan Dekeyser (32 ans), remporta presque tout chez les hommes (victoire finale en 1 h 07 min 02 s et prix du meilleur sprinteur, deuxième du Grand Prix de la Montagne) et Sabine Froment (38 ans et 25ème au classement général) s’imposa en 1 h 17 min 11 s chez les femmes ainsi que de rappeler le prochain rendez-vous du Challenge Delhalle, l’Ardennaise à Louette-Saint-Pierre, sur un parcours de 22,8 km en pleine nature, le samedi 27 juillet 2013.

Achetez le livre Marathonien de coeur et d’esprit (12,50 € frais d’envoi compris) via ce lien.

Suivez désormais aussi Marathonien de coeur et d’esprit sur Twitter @marathonience.

 .

Tagué avec: ,
Posté dans Accomplissement de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*