Marathon de Boston 2017 : Kathrine Switzer, Free to run, 50 ans après

Elle fut la première. Elle y est retournée, un demi-siècle plus tard. Qui a vu le film « Free to run » s’en souviendra. Elle en était l’une des principales protagonistes. Que l’on vit bousculée rageusement vers le bas-côté de la route par un officiel. Lequel n’acceptait pas qu’une femme participe à un marathon. Une épreuve réservée, à l’époque, aux seuls hommes. Jock Semple, l’officiel en question, essaya de lui arracher son dossard. Avant d’être lui-même catapulté à l’extérieur du peloton par un coureur.

En 1967, Kathrine Switzer s’inscrivit à son premier marathon sous ses seules initiales et elle courut en épais survêtement gris pour passer inaperçue. Son abondante chevelure la trahit. 50 ans plus tard, elle faisait partie, lundi, à 70 ans, de la quatrième vague à prendre le départ du Marathon de Boston, son neuvième, qu’elle courut sous le même numéro de dossard que son premier.

Cette pionnière de la course féminine sur longue distance a accompli 40 marathons et a participé à de nombreuses autres courses dans sa carrière. Son nom figure notamment au palmarès du Marathon de New York. Lundi, parée de ses plus beaux atours, elle a franchi la ligne d’arrivée du Marathon de Boston après 4 heures 44 min et 31 sec de course. Cette fois, elle n’était plus la seule femme du peloton. Elles furent 12.300 à prendre le départ et, parmi elles, un certain nombre font partie du team que Kathrine Switzer avait créé à la suite des événements de 1967, le « 261 Fearless Boston Marathon Team ».

Sa compatriote Jordan Hasay, que cette chronique vous a présentée avant le Marathon de Boston (voir : Jordan Hasay en pleine résurrection), s’y est mise particulièrement en vue, en finissant en 2:23:00, le chrono le plus rapide jamais réalisé par une coureuse américaine lors d’un premier marathon. Hasay termina à la troisième place, derrière la Kényane Edna Kiplagat, souveraine à 37 ans en 2:21:52, et une ancienne compatriote de cette dernière, Rose Chelimo (2:22:51), qui court désormais sous les couleurs du Bahreïn. Une autre Américaine, Desiree Linden, qui faisait partie de l’équipe américaine de marathon aux J.O. de Rio 2016, se classa 4e du Marathon de Boston en 2:25:06.

Chez les hommes, victoire du Kényan Geoffrey Kirui (2:09:37) devant l’Américain Galen Rupp (médaille de bronze du marathon aux J.O. de Rio) à 19 sec et le Japonais Suguru Osako (2:10:28).

* * *

Soutenez ce site en commandant le livre Marathonien de coeur et d’esprit au prix de 12,50 € (frais d’envoi compris à l’adresse de votre choix) via le lien surligné en rouge. (Les oeuvres rares ne se trouvent pas dans toutes les bonnes librairies!)

Avec Marathonien de coeur et d’esprit, carnets de route d’un périple marathonien européen, parcourez villes et campagnes et jetez un regard nomade sur le monde et notre société au travers de neuf grands marathons (Paris, Berlin, Rome, Madrid, Barcelone, Copenhague, Lisbonne, Siebengebirge et Las Palmas de Gran Canaria).

Suivez Marathonien de coeur et d’esprit sur Facebook et sur Twitter @Marathonience.

Tagué avec: , , , ,
Posté dans Accomplissement de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*