Au Fil du Bocq à Evrehailles – Challenge Delhalle (08.09.2012)

Evrehailles, quelques instants avant le départ

Le Mémorial Van Damme azuréen de la veille s’était terminé par un walking dinner et, passé minuit, avait suivi un 3000 m steeple sur le ring de Bruxelles inopinément en réfection entre le Heysel et le pont de Vilvoorde. De même, la journée « convivialité et décontraction » organisée le lendemain au fil du Bocq dans le cadre du Challenge Delhalle par Bail Run s’acheva sur une E411 transformée en un vaste parking entre Perwez et Wavre, avec David, grand chef azuréen (la couleur de son équipe Mystère du nom de la rue éponyme d’une pente de 12% à Forest).

Le Bocq, sauvage et lumineux

David est malvoyant. Animateur de son équipe Mystère, il est aussi l’une des chevilles ouvrières de la participation de quelque quatre cents coureurs aux couleurs de la Ligue Braille aux 20 Km de Bruxelles. Ses parents, dont il dépend habituellement pour ses déplacements aux courses, étant partis en vacances à l’étranger, il avait trouvé une charmante joggeuse pour se rendre à Evrehailles. Il l’eût d’ailleurs volontiers raccompagnée au retour si la possibilité s’en était présentée. Il dut se contenter de faire la causette entre mâles sur l’E411 pendant plus de temps que cela ne lui en aurait pris s’il avait couvert la distance à allure de course voire d’entraînement. Bref, Marathonien de coeur et d’esprit est désormais au courant de tous les petits mystères de la rue du Mystère, de quoi alimenter le blog pendant les mois d’hiver, lorsque l’actualité se fera moins pressante…

Le "tunnel" éclairé par des bougies

Comme c’est apparemment devenu une habitude (voir l’article de ce blog sur la Descente de la Lesse), les coureurs du Challenge Delhalle étaient photographiés dès avant leur sortie de l’autoroute, non plus cette fois de la berme centrale mais, de manière plus sportive, du côté latéral de l’autoroute, pourtant assez incliné à cet endroit. Cet avatar fut vite oublié dès l’entrée dans Spontin, splendide village traversé par le Bocq. Ce dernier prend sa source dans le Condroz et, au bout de quarante-cinq kilomètres, se jette dans la Meuse à Yvoir. C’est à partir de Spontin que la vallée de cette rivière se fait plus boisée. Evrehailles, ravissant village-étape du jour, se situe entre Spontin et Yvoir.

Le "mur" et ses lacets au km 8

Le jogging club d’Yvoir partage la philosophie de la course plaisir dans un esprit désintéressé et ouvert à tous que préconise Marathonien de coeur et d’esprit (achetez le livre – 12,50 € seulement – en double-cliquant ici). Les challengers du Challenge Delhalle se virent proposer une « boucle-nature » de toute beauté sur 15,8 kilomètres « au fil du Bocq ». En descente sur les premiers kilomètres pour rejoindre le Bocq au-delà d’un camping agréablement situé, le parcours épousait par la suite le cours de la rivière avant d’arriver au mur dont tout le monde avait parlé, parla et parlera, de retrouver la rivière et l’ancienne voie ferrée par la suite et d’attaquer les quatre derniers kilomètres de franche montée jusqu’au retour à Evrehailles.

Hommage aux bénévoles qui assuraient les ravitaillements et le bon déroulement de la course!

Comme beaucoup d’autres coureurs que la technicité du parcours incitait à une certaine prudence en raison de la présence de roche, de racines et de portions parfois escarpées, David avait adopté pour l’occasion l’objectif premier du club organisateur, à savoir de se retrouver entre amis pour faire du sport ensemble, quel que soit le niveau de chacun, sans obsession de la performance. Cela n’empêcha pas David de chuter, heureusement sans gravité. Mais David ne se plaint pas, il se relève, il se débrouille, il accepte la vie comme elle est, s’engage à fond dans ses projets et constitue un bel exemple sportif et humain pour tous et, en particulier, pour ceux qui, devant les aléas et les défis de la vie, n’ont d’autre handicap que la flemme et le renoncement.

 .

Posté dans Accomplissement de soi
2 Commentaires » pour Au Fil du Bocq à Evrehailles – Challenge Delhalle (08.09.2012)
  1. Na Young dit :

    Merci pour le compte rendu de cette magnifique course et pour le portrait si juste de notre super coach. Il le vaut bien!

  2. Sabineke dit :

    Je n’étais pas de la partie cette fois-ci, pour la bonne cause de vacances provençales, mais c’est en effet un super portrait d’un super coach sans qui (entre autres) je n’aurais pas pu atteindre mon niveau actuel!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*