20 Km de Bruxelles 2016 : « 40.000 coeurs pour faire vibrer Bruxelles »

20 Km de Bruxelles 2016Le Syndicat d’initiative Bruxelles Promotion avait accroché des envolées lyriques à ses dernières communications avant la 37e édition de ses 20 Km de Bruxelles : « 40.000 coeurs pour faire vibrer Bruxelles », « L’amour et le running l’emporteront toujours », « Bruxelles ma belle », « Le coeur léger, l’esprit en fête »…

« Le coeur léger »

Dimanche, le temps était à l’orage. Qui n’a trouvé ses cinq premiers kilomètres plus pénibles qu’à l’accoutumée et n’a profité des ravitaillements pour s’asperger immodérément de Spa Reine la tête et le reste du corps ? Le détour par la rue Belliard dont la montée est plus courte et moins astreignante que celle de l’interminable rue de la Loi ne suscita pas les bousculades que l’on aurait pu craindre, si l’on excepte les quelques excités qui, pressés d’y arriver, jouèrent des coudes avant même d’avoir franchi les capteurs électroniques de la ligne de départ.

« Bruxelles, ma belle »

Avec ses tunnels qui détellent ? De manière à leur éviter qu’à défaut du ciel, un bloc de béton ne leur tombe sur la tête, les coureurs des 20 Km de Bruxelles n’empruntèrent pas le tunnel Stéphanie, fermé à la circulation, faute apparemment d’avoir été entretenu comme il se devait, mais ils passèrent par le « goulet Louise » et rejoignirent le parcours habituel au-delà de la place Stéphanie. Si vous n’étiez pas fan des tunnels pour commencer, vous pourriez avoir regretté que les autres tunnels de l’avenue Louise soient encore accessibles. Les orages annoncés ne s’étant pas déclarés, l’on put traverser le bois de la Cambre et suivre le reste du tracé jusqu’à son terme.

« L’amour et le running l’emporteront toujours »

Au lendemain des ignobles attentats de Bruxelles, le mot d’ordre était « tous solidaires ». Mais, ce n’étaient que des mots ; les ordres viendraient d’ailleurs. Chienlit et déliquescence se sont installées, enserrant dans leurs rets nombre de citoyens qui n’en pouvaient mais et nombre de participants aux 20 Km de Bruxelles qui avaient l’intention louable de s’y rendre en train. Un zigue plein de commisération en déduisit que l’air en deviendrait irrespirable à Bruxelles et préconisa de purement et simplement annuler la course dans l’intérêt de tous ces inconscients dont il se sentait le gardien des âmes et des pensées. Que tous ces apôtres de leur propre cause se mettent au running, essaient ainsi de s’aérer l’esprit et de se guérir de leur désamour pour autrui et pour la vie et laissent à chacun le soin de conduire la sienne comme bon lui semble.

« 40.000 coeurs pour faire vibrer Bruxelles »

Sur les 39.425 inscrits, 31.366 franchirent la ligne d’arrivée. Le premier à s’y présenter fut le Marocain Najim El Qady (1:00:18), déjà vainqueur en 2011 et 2009, qui précéda Régis Thonon d’1 min 49 s et Abdelhadi El Hachimi, le vainqueur de l’édition précédente, longtemps deuxième avant de se faire remonter dans le dernier quart, de 2 min 45 s. Chez les femmes, la Limbourgeoise Manuela Soccol, qualifiée pour représenter la Belgique sur marathon aux J.O. de Rio 2016, réédita, en 1:13:51, sa victoire de 2015. La Bruxelloise Hélène Depoorter (1:16:25) et la Louvaniste Eva Galle (1:16:36) se classèrent respectivement deuxième et troisième. (Photo : Thierry Debruyn)

« L’esprit en fête »

« Comment la trouver, la bonne humeur ? » se demande Milan Kundera dans La fête de l’insignifiance que son éditeur qualifie de « drôle de rire inspiré par notre époque qui est comique parce qu’elle a perdu tout sens de l’humour ». De passage l’autre jour, une visiteuse chinoise fut interrompue en pleine réunion par un coup de téléphone, non pas de son supérieur hiérarchique, ni d’un collègue, mais de sa mère qui, du fin fond de la Chine, s’inquiétait de ce que sa fille passe la journée dans le « hellhole » (complaisamment traduit dans les médias par « trou à rats », plus exactement par « trou d’enfer »), cher à Donald Trump. Bruxelles a dimanche certes vibré de ses quarante mille coeurs de coureurs mais il faudra plus d’une édition des 20 Km de Bruxelles avant que l’on n’ait restauré la mobilité et la sérénité de la capitale du royaume et l’image de l’une et de l’autre dans le monde.

* * *

Soyez automatiquement informé des prochains articles publiés concernant les plus grands marathons d’Europe et d’ailleurs, les événements et livres phares du jogging en vous abonnant au blog Marathonien de coeur et d’esprit via ce lien. C’est gratuit et vous pourrez à tout moment vous désabonner.

Soutenez ce site en commandant le livre Marathonien de coeur et d’esprit au prix de 12,50 € (frais d’envoi compris à l’adresse de votre choix) via le lien surligné en rouge. (Les oeuvres rares ne se trouvent pas dans toutes les bonnes librairies!)

Avec Marathonien de coeur et d’esprit, carnets de route d’un périple marathonien européen, parcourez villes et campagnes et jetez un regard nomade sur le monde et notre société au travers de neuf grands marathons (Paris, Berlin, Rome, Madrid, Barcelone, Copenhague, Lisbonne, Siebengebirge et Las Palmas de Gran Canaria).

Suivez Marathonien de coeur et d’esprit sur Facebook et sur Twitter @Marathonience.

Tagué avec: ,
Posté dans Accomplissement de soi
1 Commentaire » pour 20 Km de Bruxelles 2016 : « 40.000 coeurs pour faire vibrer Bruxelles »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*